Murielle Minot : son nouvel univers

  • Murielle Minot : son nouvel univers
    Murielle Minot : son nouvel univers
Publié le

Élue au comité directeur fédéral, elle a aussi la particularité d’être présidente de Malintrat, club de quatrième série.  

Réunion du comité directeur de la FFR, match entre le XV de France et l’Écosse, réception d’après-match… Murielle Minot a découvert un nouveau monde. Responsable de la commission des mutations au comité d’Auvergne, la présidente du club de Malintrat, champion territorial d’Auvergne Quatrième Série, siège désormais au comité directeur de la Fédération française depuis l’élection de Bernard Laporte. « Je suis encore sur mon petit nuage, dit-elle, au lendemain de son week-end rugbystique parisien. Je pense que cela sera une belle aventure.” Chargée du carcéral à la cohésion sociale, elle attend avec impatience la prochaine réunion dirgée par Laëtitia Pachoud, la présidente de la commission, pour en connaître les directives. « J’ai hâte d’être au boulot. »

Pour se retrouver élue à la FFR, Murielle n’a pas connu le parcours du combattant. Venue écouter, au printemps, le discours de Bernard Laporte à Romagnat, elle a été séduite par le message « J’ai rencontré Gérard Amblard, le référent en Auvergne de Bernard Laporte. Serge Simon m’a aussi convaincu. Disons qu’il m’a forcé un peu la main. Et je ne le regrette pas. Tout est allé très vite pour moi. Du comité d’Auvergne, je me retrouve à la FFR. Je n’ose le croire comme l’élection à Marcoussis. J’étais placée en vingt-septième position. Je pensais ne pas avoir de chances, d’autres partageaient ce sentiment. Et puis, j’ai entendu mon nom. Quelle surprise. Croyez moi, ça chavire. »

De Malintrat à la FFR

En vingt ans, l’ascension de Murielle a été aussi fulgurante qu’une course d’ailier. À tout début, un copain lui fait connaître le club de Sainte-Florine alors que son père est un fidèle supporter de Clermont. C’est alors le coup de foudre pour l’ovale. Avec des amis, elle redonne vie au club de Royat. Pendant cinq ans, elle en est la présidente avant une fusion avec le Stade clermontois. Direction l’ASPTT de Clermont-Ferrand où elle est élue présidente. « L’aventure a duré quatre ans. J’avais envie de tout arrêter car ça devenait usant. Puis le président de Malintrat m’a demandé de lui donner un coup de main. J’ai accepté et, l’année suivante, je suis devenue présidente et ça dure depuis neuf ans », explique-t-elle. Mardi dernier, elle a assisté à l’entraînement de ses protégés retrouvant un peu de sérénité, car depuis qu’elle a intégré la FFR, le téléphone de son domicile ne cesse de de sonner. 

 

Par Michel Premoselli

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?