Formation, la Révolution !

  • Formation, la Révolution !
    Formation, la Révolution !
Publié le

De sa propre initiative, le Comité départemental du Lot-et-Garonne a expérimenté les tournois de jeunes par catégorie de taille et de poids. La FFR ne restera pas insensible à cette inspiration.

Pour tous ceux, dont nous sommes, qui se lassent des sempiternels discours sur la formation et des débats stériles, une bonne nouvelle nous est parvenue du Lot-et-Garonne. Enfin, des éducateurs soucieux de la qualité et de la pertinence de leur apprentissage du rugby, ont organisé des tournois en opposant les enfants par taille et poids. Autant dire une révolution en Ovalie française ! Cette initiative courageuse, nous la devons à Jean-Marc Garin, éducateur dans l’âme, président du CD 47 et du club du Queyran, associé au cadre technique Pierre Edmond. Un premier tournoi dédié au moins de 12 ans a eu lieu à Lavardac et Miramont. Niveau 1 et niveau 2 (débutants) ont joué à VII et les équipes ont été constituées par secteur. « Nous nous sommes servis de la courbe de croissance pédagogique, détaille Jean-Marc Garin. La courbe moyenne en poids des moins de 12ans est de 38 kg, nous avons donc décidé de faire deux catégories. Une de moins de 38 kg et une de plus de 38 kg puis de séparer les confirmés des débutants. Ce qui nous a donné quatre catégories. Le but recherché de cette journée était d’observer les comportements des joueurs de même morphologie et de même compétence. »

Cette première a suscité un vif intérêt après une période préalable de scepticisme, et si Jean-Marc Garin et Pierre Edmond ont dû se montrer convaincants, ceux qui avaient douté ont été les premiers satisfaits. Il y a donc eu une suite, d’une plus grande ampleur puisque cette fois, samedi dernier 18 février à Marmande, les moins de 12 du niveau 1 ont joué à 12 et ceux du niveau 2 à VII. Les équipes ont été constituées par secteur, les clubs étaient donc mélangés.

Les dominants plus collectifs

Jean-Marc Garin a déjà pu constater les bienfaits d’une formule qui fait référence en Nouvelle-Zélande mais qui n’est restée en France qu’au stade des commentaires. « Au début, les joueurs étaient en difficulté à cause du manque de repères collectifs, a remarqué Garin. Par la suite, les comportements des jeunes ont trouvé de plus en plus de sens dans le mouvement : avancer ou faciliter la continuité du jeu. Ils ont mieux adapté leurs placements et replacements en tant qu’attaquant ou défenseur. Chez les plus de 38kg confirmés, des joueurs habitués à être dominants sur le plan physique se sont trouvés plus souvent en situation d’échec individuel et ont cherché une solution plus collective. »

Le patron du CD 47 se projette volontiers et envisage le développement à plus grande échelle : « Nous nous déplaçons dans les clubs pour expliquer le sens de notre démarche. Si les éducateurs ne trichent pas, la saison prochaine nous organiserons les tournois par club. Nous n’avons qu’un seul objectif : former les jeunes joueurs à des gestes techniques. De plus, le comportement des éducateurs a changé. »

Sans doute parce que ces oppositions moins déséquilibrées en termes de physique sont un remède contre la « championnite » et, de fait, les mauvais comportements en bord de terrain qui sont devenus un fléau. Les contours réels et palpables des tournois « taille-poids » made in Lot-et-Garonne ne pouvaient échapper aux instances fédérales en quête d’innovations. C’est ainsi que Jean-Marc Garin et ses collègues ont été reçus à Marcoussis durant le week-end opposant la France à l’Écosse. Ils ont dû répondre à la curiosité des dirigeants de la FFR en charge de la formation. La révolution serait-elle en marche ?

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?