Le Roux: « C’est notre finale »

  • Le Roux: « C’est notre finale »
    Le Roux: « C’est notre finale »
Publié le

 De retour, Bernard Le Roux souhaite apporter sa polyvalence et sa science du plaquage aux bleus.

Vous revenez d’une longue blessure aux ischios et n’avez disputé que deux rencontres avec le Racing 92 depuis. Comment vous sentez-vous ?

Physiquement, je suis en forme, je me suis bien préparé pendant mes trois mois de blessure. J’ai fait de la muscu, du cardio et je me sens vraiment bien. Ça m’a fait du bien de couper, ça n’a pas été qu’un passage négatif. Depuis j’ai fait deux bons matchs et je suis heureux de retrouver l’équipe de France, sous le soleil de Nice.

 

Avec l’affaire des corticoïdes, votre blessure, et tout ce qui s’est passé au Racing depuis le début de saison, comment appréhendez-vous ce retour en équipe de France ? Est-ce un bol d’air ?

Non, je travaille pour être en équipe de France donc je ne pense pas à tout ça. Je suis très content pour l’instant et j’y repenserai lorsque je retrouverai le Racing. Pour le moment je me concentre sur l’équipe de France, je suis content de faire partie de ce groupe.

 

Vous n’avez plus joué avec le XV de France depuis le 19 mars 2016 et une défaite (21-31) contre l’Angleterre. Avez-vous suffisamment de repères ?

Bien sûr ! Je m’investis à l’entraînement et j’aime bien le nouveau style de jeu, même si beaucoup de choses ont changé depuis l’arrivée de Guy Novès. Ça fait presque un an que je n’ai pas joué en équipe de France mais je connais les lancements et je suis très motivé.

 

Sur cinq titularisations vous avez démarré trois fois en deuxième ligne cette saison. Pourtant, le staff du XV de France semble faire appel à vos services en troisième ligne…

J’ai toujours préféré jouer en troisième ligne, je me sens plus à l’aise. Mais si on a besoin de moi en deuxième ligne, il n’y a pas de problème. D’ailleurs pour le XV de France je pourrais jouer partout, même pilier s’il le fallait !

 

Depuis plusieurs rencontres le staff du XV de France n’hésite pas à aligner trois numéros 8 en troisième ligne. Est-ce un axe de travail pour vous ?

Mon point fort reste ma défense et le jeu dans le duel, comme les rucks. Mais je dois apporter plus dans le jeu offensif. J’essaye donc de porter plus la balle, comme Louis (Picamoles, N.D.L.R.) ou les deuxièmes lignes qui font avancer l’équipe. Je tente de le faire, je travaille beaucoup ce secteur, notamment mon timing, pour être plus fort en attaque.

 

Vous souhaiteriez donc apporter plus ballon en mains, pour répondre aux attentes du staff ?

Je veux d’abord faire mon travail et si j’ai l’opportunité je vais tenter d’apporter un peu plus à l’équipe dans le jeu offensif. Je veux porter un peu plus le ballon, être plus au soutien quand il y a un break. Mais je le répète, la défense c’est ce que j’adore dans le rugby. J’aime quand c’est dur, aller dans les rucks. Moi ça m’apporte plus de mettre un bon tampon que de marquer un essai, c’est mon style de jeu, mais après j’aspire à devenir plus complet.

 

Quel regard portez-vous sur cette équipe d’Irlande ?

C’est une équipe avec de bons joueurs, un super entraîneur et on sait qu’ils seront prêts. Comme nous, ils sont sous pression, et comme nous devons tous les deux gagner c’est un peu notre finale. Que ce soit en mêlée ou en touche ça risque de batailler, mais nous sommes bien préparés.

 

Une défaite sur le fil en Angleterre, une victoire contre l’Écosse, est-ce que vous sentez que l’équipe prend forme ?

Bien sûr ! Même si le dernier match n’a pas été de très haut-niveau, l’équipe de France a fait de belles prestations jusqu’alors, que ce soit la tournée de novembre ou le match contre l’Angleterre. Maintenant il nous faut confirmer ce style de jeu.

 

Personnellement, vous n’avez pas participé aux deux premières rencontres. Dans quel état d’esprit arrivez-vous dans ce groupe ?

Je suis tranquille, j’adore les matchs internationaux donc je n’ai pas trop de pression pour l’instant. Je me sens bien et je suis prêt pour ce week-end. Ensuite, comme je vous le disais, ça fait un an que je n’ai pas joué en équipe de France et il faut que je montre quelque chose, car je veux rester dans ce groupe pour la prochaine Coupe du monde !

par Pierrick ILIC-RUFFINATTI

 

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?