Biarritz a tremblé jusqu’au bout

  • Biarritz a tremblé jusqu’au bout
    Biarritz a tremblé jusqu’au bout
Publié le , mis à jour

Longtemps accroché au score par Béziers , Biarritz a dû attendre la toute fin du match pour s’assurer une sixième victoire en 2017. 

Le match

Le duel, entre les deux meilleures équipes de Pro D2 depuis début 2017, s’annonçait disputé. Il le fut. L’entame du match était Biarrote. Pendant près d’un quart d’heure, les locaux avaient la mainmise sur le ballon mais se heurtaient à une défense Biterroise très organisée, qui stoppait toutes les offensives rouges et blanches. Le BO pouvait alors regretter la pénalité manquée par Lucu à la 2ème minute et le choix d’opter pour la mêlée six minutes plus tard, alors qu’une nouvelle pénalité sifflée était dans les cordes du buteur. Sans avoir eu de véritable possession jusque-là, Béziers allait asséner un contre assassin à la 20ème et ainsi ouvrir le score. Biarritz, vexé, reprenait du poil de la bête et repartait rapidement dans le camp adverse mais se heurtait toujours au mur Héraultais. L’indiscipline des coéquipiers de François Ramoneda (6 fautes sifflées contre Béziers en première mi-temps contre aucune côté Biarrot) permettait à Maxime Lucu d’inscrire 6 points en 4 minutes et de rassurer les siens. Avec la possession des ballons, mais sans forcément concrétiser, Biarritz menait timidement 9-5 à la pause. L’attitude des joueurs de Béziers sur l’entame de seconde période n’avait rien à voir avec celle proposée en première mi-temps. Cette fois-ci, ce sont les visiteurs qui avaient la main sur le ballon et se montraient dangereux à deux reprises. À chaque fois, un coup de pied dans les 22 mètres Biarrots venait faire frissonner Aguiléra. Munro profitait alors des fautes Biarrotes, avec quatre pénalités concédées sur le quart d’heure suivant la reprise, pour redonner l’avantage à son équipe 11-9. Dans le duel de buteurs opposant Lucu à Munro, le Senpertar concrétisait la domination de ses partenaires (15-11 à la 62e), mais la fin de match s’annonçait plus qu’indécise. Jusqu’à ce que Sikeli Nabou vienne récompenser la grosse fin du BO en faisant parler sa force pour marquer l’essai libérateur à 5 minutes de la fin. Libérateur ? Non. Le public du BO allait trembler jusqu’au bout. Sur le renvoi, Munro contrait le dégagement de Ximun Lucu, aplatissait dans l’en-but, et le transformait : on n’est jamais mieux servi que par soit même. Il restait alors deux minutes à jouer, et les Biterrois se mettaient une nouvelle fois à la faute. Maxime Lucu, sur la sirène portait alors le score final à 25-18.

 

Le fait ou l’action du match

Alors que Béziers était repassé devant, deux fautes en moins de trois minutes, sur des rucks, ont permis à Maxime Lucu de remettre Biarritz devant au score, et de réenclencher la marche avant, à 20 minutes de la fin. Avantage, que le BO ne lâchera finalement plus.

 

L’homme du match

Le match s’est joué « devant » ce soir, à Aguiléra. Et à ce jeu-là, Sikeli Nabou et Bertrand Guiry ont été particulièrement en vue chez les basques. La palme reviendra cependant au deuxième ligne Néo-Zélandais, notamment pour son activité très importante dans les zones de conteste et son essai de la victoire, en force, à la 75ème.

 

L’essai du match

Il est signé Lucas Daminiani. Alors que l’on joue la 20ème minute, Joshua Valentine surprend la défense du BO en se faisant la malle. Il est rattrapé sur les 22 mètres. Le ballon est cependant vite éjecté du ruck. Vitesse d’exécution et passe avant contact font alors effet. Trois transmissions plus loin, l’arrière Biterrois aplatit en coin.

 

Les meilleurs joueurs :

À Biarritz : Nabou, Guiry, Lucu, Arrate.

À Béziers : Valentine, Puletua, Munro, Daminiani.

 

par Pablo Ordas

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?