• Les Français rejetés en coulisses
    Les Français rejetés en coulisses
Publié le / Modifié le
Compétitions

Les Français rejetés en coulisses

En marge de la rivalité sportive entre les Bleus et les Verts, un deuxième match s’est joué dans les coulisses. Cette fois entre dirigeants et concurrents pour l’organisation de la Coupe du monde. Récit. 

La belle amitié Franco-irlandaise semble avoir vécu. Par delà des  « piques » parues dans la presse avant la rencontre, le climat s’est sacrément tendu autour des deux favoris pour l’organisation de la Coupe du monde 2023 malgré un « comity diner du vendredi soir plutôt sympa et détendu », selon Christian Dullin, le secrétaire général de la FFR. C’est que l’Irlande, qui semblait favorite, fait face à la concurrence française musclée. Ce projet ne fait rigoler personne chez les Verts. Au point de bafouer les règles de bienséance attachées à la tradition du Tournoi ? Probablement… Samedi soir, la réception d’après-match tourna au fiasco dans la «Président Suite » de l’Aviva Stadium. La délégation française fut reléguée dans une salle bondée, parmi 500 personnes, scotchées aux buvettes quand les dirigeants irlandais étaient eux installés dans la loge présidentielle… « C’est comme si nous recevions les autres fédérations aux buvettes du Stade de France, sous les tribunes», tonna Dullin, avant d’ajouter : «J’en ai parlé à mon homologue irlandais. Apparemment, c’était la première fois qu’ils appliquaient un tel protocole.» La première et sans doute la dernière fois… Même Bernard Lapasset, l’ancien président de World Rugby et de la FFR, qui porte la candidature de Paris pour les JO 2024, ne fut pas invité à rejoindre les dirigeants de l’IRFU dans la loge présidentielle ; il est resté dehors, assis sur les marches... Bernard Laporte dut attendre le banquet pour croiser quelques instants son homologue, Stephen Hilditch, après être demeuré tout seul à sa table, sans autre dirigeant français pour l’accompagner (il fut également isolé sous la pluie qui doucha la tribune officielle). Bref, les échanges franco-irlandais se sont réduits au strict minimum et chacun apprécia à sa manière le film promotionnel de la candidature de l’Eire diffusé à la mi-temps du match, comme le tableau d’affichage final portant la mention « Ireland 2023 ». Une réponse au « France 2023 » qui s’affiche depuis quinze jours sur le maillot des Bleus. Plutôt que de polémiquer après ce drôle d’accueil qui lui fut réservé, le camp français est reparti de Dublin avec quelques convictions supplémentaires : la candidature française n’a rien à envier à celle de l’Irlande. Le réceptif de nos stades sait être à la hauteur de l’événement, il ne pleut pas en tribune officielle et les aéroports parisiens ne saturent pas au premier match du Tournoi venu. Ici, c’est Dublin ! 

Emmanuel Massicard
Voir les commentaires
Réagir