Un dernier coup de collier

  • Un dernier coup de collier
    Un dernier coup de collier
Publié le / Mis à jour le

Dans le sillage de Jeandré Mynhardt, les poudriers de Saint-Médard sont en passe de se maintenir. 

Les données sont claires en ce tout début mars. Les joueurs de Saint-Médard-en-Jalles ont huit points d’avance sur le premier relégable, Langon, et cinq journées pour ne pas voir fondre ce capital. S’ils y parviennent, les « Poudriers » auront réussi à se maintenir en Fédérale 1 pour leur deuxième année d’activité à ce niveau, ce qui représente un exploit considérable lorsque l’on sait à quel point cette division est relevée et que l’année suivant celle de la montée est souvent la plus difficile à valider.

Il faut dire que les dirigeants de Saint-Médard-en-Jalles ont su bâtir une équipe solide pour affronter les gros calibres de la poule (qui compte, entre autres, Oloron, Rouen, Tyrosse ou encore Bagnères-de-Bigorre). Depuis deux saisons et le retour en Fédérale 1, le recrutement s’est montré particulièrement intelligent avec des recrues telles que Jeandre Mynhardt, colosse sud-africain de 2 mètres pour 125 kg, arrivé en 2015 après un parcours très riche qui l’a vu évoluer de la Currie Cup (avec les Griffons, les Leopards ou les Natal Sharks) au Pro D2 sous les couleurs du Racing 92 (2006-2007), du Stade montois (2007-2009), Narbonne (2009-2012) ou encore Provence rugby (2012-2014). Aujourd’hui, le Sud-Africain de 36 ans (il est né en 1981) apporte toute son expérience aux jeunes pousses de Saint-Médard-en-Jalles. Titulaire douze fois sur douze matchs joués (sur treize possibles), il a inscrit deux essais pour 850 minutes de temps de jeu. Un rendement digne d’un jeune premier que Jeandré Mynhardt entretient au quotidien. Pour durer, Mynhardt respecte une hygiène de vie saine et montre l’exemple à tous ses coéquipiers.

 

Chaud jusqu’au bout !

Dans son sillage, les Poudriers doivent encore remporter au moins deux matchs pour assurer leur maintien. Dimanche, ils auront un difficile déplacement à négocier du côté d’Oloron, le leader de la poule qui écrase tout sur son passage (dix victoires en treize matchs), après quoi il faudra gérer deux déplacements pour deux réceptions dont celle de Langon lors de l’avant-dernier match qui pourrait s’avérer décisive, les Langonnais pouvant encore prétendre doubler les Poudriers au classement. Il faudra aussi recevoir Anglet et aller à Tyrosse et à Rouen. Le calendrier est donc particulièrement difficile puisque lors des cinq derniers matchs, Saint-Médard-en-Jalles jouera contre les trois premiers de la poule (Oloron, Tyrosse et Rouen) et contre ses deux derniers concurrents pour le maintien (Anglet et Langon) ! Ce sera chaud jusqu’au bout ! 

par David Bourniquel

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir