Grenoble entretient l'espoir

  • Grenoble entretient l'espoir
    Grenoble entretient l'espoir
Publié le

En supériorité numérique dès la 5e minute, les Alpins ont géré à leur main cet avantage (19-10) pour contenir un Racing 92 valeureux, mais qui n'a jamais pu défendre réellement ses chances.

LE MATCH

Alors que le FCG alignait pour une des premières fois de la saison une équipe au complet, le champion de France en titre s'avançait quant à lui plombé par les absences, celles des internationaux Ben Arous, Le Roux, Lauret ou Machenaud, sans oublier les Szarzewski, Carizza, Van der Merwe, Carter, Laulala, Tuitavake, et on en passe... Autant dire que, sur le papier, le duel s'annonçait des plus équilibrés. Le problème ? C'est que le carton rouge infligé à Chris Masoe dans les premières minutes a considérablement faussé la partie, en dépit des protestations du numéro 8 néo-zélandais. « C'est du rugby, pas du foot ! » s'est indigné Masoe au sujet de son plaquage sur Héguy. M. Gaüzère, au nom des directives du moment, en décida autrement. Rendant l'issue de la partie inéluctable, en dépit de la résistance longtemps désespérée des ciel et blanc. Grenoble entretient ainsi ses espoirs de maintien, quand le Racing aura le regret de voir encore des points précieux s'envoler dans la lutte pour la qualification, que l'essai tardif de Thomas sur interception ne viendra pas atténuer...

 

LE TOURNANT

Plus encore que le rouge de Masoe, il s'agit certainement du carton jaune infligé à Dambielle à la 53e minute. Résistant tant bien que mal (le score était alors de 9-3), les ciel et blanc concédaient une mêlée sur leurs quinze mètres. Jusqu'à ce que l'ouvreur francilien commette l'irréparable, en retenant par le maillot son vis-à-vis Jonathan Wisniewski qui n'avait pas encore le ballon. À 15 contre 13, les Isérois faisaient enfin plier la résistance des Racingmen, par le biais de Lucas Dupont. S'ouvrant les perspectives d'une fin de match plus facile...

 

L'ACTION

Y avait-il en-avant sur la passe de Farrell, qui ouvrit la voie de l'essai à Lucas Dupont ? Aux yeux du staff francilien évidemment, qui regretta d'ailleurs amèrement que l'arbitrage vidéo ne se soit pas attardée dessus. Reste que le mouvement avait été plutôt bien construit, malgré une prise de balle aléatoire en touche. Bien restructurés autour de Héguy, les avants alpins parvenaient en effet à retrouver de l'avancée, permettant l'ouverture gagnante au grand large.

 

LE JOUEUR

Tous les entraîneurs du monde vous le diront : à quinze contre quatorze, la principale difficulté consiste à se montrer aussi rigoureux dans le combat qu'en égalité numérique. Et à ce titre, les Grenoblois ont une fois de plus pu compter sur Hendrik Roodt. Précieux de par sa masse en mêlée fermée et dans les mauls, le deuxième ligne sud-africain a également permis à son équipe d'avancer dans l'axe lorsque celle-ci se laissait griser par le large-large.

Nicolas Zanardi
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?