Lyon, c'est solide

  • Lyon, c'est solide
    Lyon, c'est solide
Publié le , mis à jour

Après avoir mis le feu contre le Racing, Lyon a douché Montpellier en l'emportant (16-3) sans contestation possible face à des Héraultais impuissants et inquiétants... 

Résumé

A la mi-temps, Lyon menait grâce à deux pénalités de son ouvreur, Mike Harris. Et ce n'était pas cher payé. Le promu n'avait pas su mieux concrétiser sa domination. Il eut pourtant des occasions mais Baptiste Couilloud, en contre, fut devancé par Joffrey Michel (7e), puis fut oublié par Facundo Isa (11e). Très actif, le flanker argentin était stoppé près de la ligne (23e). Puis Couilloud affolait la défense (39e) avant de connaître un en-avant. Du côté de Montpellier ? Aucune occasion à se mettre sous la dent. Les affaires ne s'arrangeaient pas au retour des vestiaires. Bismark du Plessis écopait d'un carton jaune, après une nouvelle faute au sol des Héraultais. La sanction était immédiate. Harris ajoutait trois points, puis après un ballon perdu sur une mêlée dans le camp lyonnais, les visiteurs encaissait un essai au ras de Paea. Montpellier était proche du KO. Il n'encaissa plus un point, Lyon se contentant de gérer son avance sans se découvrir, face à un adversaire résigné et impuissant.

 

 

Le fait du match

Entre en-avants, faute au sol, coups de pied directs en touche, la partie fut longtemps marquée par un déchet technique indigne du "plus grand championnat du monde". Contre des Lyonnais entreprenants et disciplinés, les Montpelliérains n'ont longtemps opposé que leur densité physique et leur défense. C'est bien peu, surtout qu'ils se sont appliqués par ailleurs à se mettre tout seul en difficulté.

 

L'action

Après une série de turnovers, le centre montpelliérains, Joseph Tomane perçait plein centre. L'action paraissait pouvoir finir à l'essai pour les visiteurs. Repris par Carl Fearns, le centre faisait alors une passe aveugle dans le dos, qui atterrissait dans les bras d'un Lyonnais, symbole d'un match où les Héraultais n'ont pas fait autre que des erreurs et des fautes, le plus souvent grossières.

 

Le joueur

Baptiste Couilloud n'en finit pas de progresser et d'épater son monde. Avec Facundo Isa, il a été un des principaux animateurs du jeu lyonnais. Sa vitesse, ses départs au ras ont souvent gênés les Héraultais. Et il n'est pas beaucoup trompé dans l'orientation à donner au jeu, ni dans le timing de ses passes, jouant un rôle déterminant sur le premier essai lyonnais, tant dans le contre, mené avec Nalaga, que dans le siège de la ligne pour guider ses avants. Remplacé par Nicolas Durand (66e), il est logiquement sorti sous les applaudissements.

 

Les meilleurs : à Lyon :  Ivaldi, Couilloud Isa, Fearns, Armitage, Paea ;

À Montpellier : Ouedraogo, Willemse, Guillamon.

 

par Sébastien Fiatte

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?