• PARADOXE TOULOUSAIN
    PARADOXE TOULOUSAIN
Publié le / Modifié le
Rugby à XIII

PARADOXE TOULOUSAIN

Le Toulouse olympique est intraitable à domicile. En revanche, les Toulousains peinent à l’extérieur. Ils espèrent prochainement trouver des solutions afin de postuler au Top 4.

Le Toulouse olympique a entamé le 4 février dernier sa deuxième saison au sein d’une compétition domestique anglaise. Après avoir bien négocié l’an passé, l’épreuve de la League-One par une accession en Championship, les Toulousains ne cachent pas de légitimes ambitions au sein de ce second niveau de compétition. Au terme de cette première phase de championnat ponctuée par vingt-trois rencontres officielles, ils ont pour ambition de se classer dans le quatuor de tête afin de disputer le « Qualifier » en compagnie du 9e, 10e, 11e et 12e de la Super-League, épreuve plus attractive que le « Shield » qui décide du maintien en Championship. Après cinq rencontres officielles, la première analyse est dans l’ensemble acceptable avec trois victoires pour deux défaites. Seulement, l’équipe du président Sarrazain présente deux visages. À domicile, les Toulousains sont intraitables. Batley et Dewsbury en savent quelque chose puisqu’ils ont respectivement encaissé un cinglant 44 à 6 et 56 à 2. La qualité de leur jeu, a même séduit l’ancienne star de Leeds, Matt Diskin. De l’autre côté de la Manche, le représentant français est à la peine. À Sheffield, il a encaissé un sévère 32 à 14 et à Bradford, il a manqué le coche (29-22). Le week-end dernier, il a remporté son premier succès en terre albionne contre Halifax (10-12). 

« Au niveau du Championship »

« Nous sommes l’équipe à battre », résume l’ailier Tony Maurel. Cette difficulté à s’imposer à l’extérieur n’inquiète pas pour autant notre confrère anglais, Mike Rylance « Toulouse est au niveau du Championship. La qualité de son jeu est reconnue par l’ensemble de tous les clubs de cette épreuve. Toulouse doit se rendre compte que le Championship est plus exigeant que la League-One. À Sheffield, il faut reconnaître que les conditions climatiques n’ont pas favorisé le jeu des Toulousains. À Bradford, Toulouse fait un bon match, s’est procuré de nombreuses occasions, mais n’a pas concrétisé la majorité de ses occasions. En Championship comme en Super League, il faut être réaliste, ce qui fait défaut en ce moment à Toulouse. Les absences de Mark Kheirallak et Kuni Minga sont aussi préjudiciables au jeu du TO. Dans un proche avenir, Toulouse a les moyens d’aller chercher des victoires à l’extérieur. En fin de saison, elle ne sera pas loin du Top 4. » Samedi prochain, le TO a pour hôte Swinton avec la ferme envie de réaliser la passe de trois. À domicile, le représentant français veut conforter et garder le plus longtemps possible son invincibilité à domicile.

Didier Navarre
Voir les commentaires
Réagir