• Richard Hill: « Le Pro D2 dans deux ans ! »
    Richard Hill: « Le Pro D2 dans deux ans ! »
Publié le / Modifié le
Fédérale 1

Richard Hill: « Le Pro D2 dans deux ans ! »

Richard Hill a décidé de prolonger deux ans à Rouen. Il explique pourquoi. 

la semaine dernière, vous vous êtes entendu avec la direction du stade rouennais pour prolonger votre contrat de deux années supplémentaires. Quelles sont les raisons de votre choix de rester à Rouen ?

Le changement de présidence m’a convaincu de la possibilité de pousser notre projet plus loin. Marc-Antoine Troletti a fait tout ce qui était en son pouvoir pendant 8 ans. Son réseau politique étant complètement exploité, on ne voyait plus comment faire progresser le club. L’arrivée de Jean-Louis Louvel nous ouvre de nouvelles perspectives. Lui travaille sur toute la Normandie. Le club va se développer dorénavant comme une représentation de la région. C’est très intéressant.

 

Que signifie la durée de reconduction de votre contrat ? Que comptez-vous réaliser en deux ans de plus ?

Le président a des objectifs très ambitieux. Dans deux ans, il veut la montée en Pro D2.

 

Ce qui peut prêter à sourire. Le président de Nevers Régis Dumange fait preuve de beaucoup d’opiniâtreté dans son projet d’accession. Deux ans, cela parait bien court…

C’est vrai que la concurrence sera rude. Mais avec un bon coaching, et un groupe de joueurs bien choisis, il n’y a rien d’impossible.

 

Quelles sont vos idées ?

Je pense que les grosses écuries font signer trop de contrats. Il y a trop de monde à Nevers ou à Provence de mon point de vue. Il faut des groupes plus restreints. Et il faut être capable de donner le meilleur sur la fin du championnat. La préparation physique est une donnée essentielle. Je vois des équipes dont les résultats semblent baisser à cette période de l’année, alors qu’ils devraient encore être meilleurs. À Rouen, nous avons trois préparateurs physiques pour gérer cela.

 

Quid de votre staff ? Que se passera-t-il à Rouen la saison prochaine ?

En ce moment, j’invite des entraîneurs anglais à Rouen pour nourrir la réflexion. Il nous faut au moins un autre entraîneur à plein temps sur l’équipe première, et un autre à plein temps sur la formation en Normandie pour faire progresser nos équipes de jeunes. Nous avons déjà fait du bon boulot depuis quatre ans. La progression des jeunes normands est palpable. Il faut aller plus loin.

 

Vous évoquiez le groupe de joueurs. Quelles seront les évolutions du groupe rouennais la saison prochaine, dans la perspective de cette tentative d’une montée en Pro D2 ?

Les joueurs sont motivés et s’entendent bien ensemble. Notre base de travail est excellente. Nous devons l’augmenter avec des jeunes joueurs ambitieux, qui ont faim. C’est une erreur de faire venir des joueurs en fin de carrière pour mener à bien un projet de montée. Quel est l’intérêt d’un ancien joueur de Pro D2 ou de Top 14 de retourner dans la division sur ses vieux jours ? Aucun. Le profil idéal, ce sont des joueurs talentueux qui n’ont pas eu leur chance ailleurs.

 

Quels postes ?

Notre ligne de trois-quarts est très performante. Nous marquons énormément d’essai. La priorité sera de développer notre 5 de devant. Nous ne manquons pas de qualité. Je suis parti la semaine dernière en Angleterre à Gloucester avec nos deux jeunes piliers droits, et j’ai reçu beaucoup de compliments à leur sujet de la part des intervenants que vous avons rencontrés. Mais il nous faudra obligatoirement un peu plus de densité. Nous devons nous poser la question de savoir qui nous pouvons faire progresser chez nous, et qui nous devrons faire venir.

 

Joueur français ou anglais ?

Français ! Au moins 90 % de Français dans notre recrutement la saison prochaine ! Nous avions bien noté les changements intervenus à la tête de la fédération française et l’orientation politique de Bernard Laporte. J’ai compris qu’il faudra beaucoup de jeune français sur les feuilles de match.

par Guillaume Cyprien

midi olympique
Réagir