Grand écart

  • Grand  écart
    Grand écart
Publié le / Mis à jour le

Contrairement à beaucoup de clubs, Saint-Mandrier dispose d’un effectif pléthorique en seniors et a engagé deux équipes au même niveau. Si l’une joue le haut du tableau, la deuxième, qui a pour but de devenir à terme la réserve de la première, cherche encore sa première victoire.

Alors que beaucoup d’équipes de Fédérale 3, Honneur ou Promotion Honneur peinent à aligner une réserve chaque week-end, Saint-Mandrier présente cette saison la particularité d’aligner deux équipes qui évoluent au même niveau ! Petit retour en arrière : au printemps dernier, le club de la presqu’île située en face de Toulon, décrochait le bouclier de champion de Première Série. Mais cette joie était atténuée par deux bémols : le trophée n’était pas accompagné d’un billet pour la Promotion Honneur, réservé à Menton, premier du championnat et finaliste malheureux, et de nombreux joueurs célébraient le titre sans avoir foulé le terrain. « Tous les week-ends, il y avait beaucoup trop de joueurs en tribunes», explique le président, Guy Hopfner.

Après réflexion, il est donc décidé d’engager deux équipes à l’orée de la saison, la première en championnat de Première -Deuxième Série, et une deuxième dans le championnat de Troisième-Quatrième Série. Surprise, lors de la communication des championnats par le comité Côte d’Azur, toutes les équipes de Série sont regroupées dans le même championnat, composé de deux poules. Outre le fait de priver la possibilité de l’équipe deux de se qualifier, elle a créé un déséquilibre compétitif dont souffre cette formation composée d’un effectif hétérogène. « Il y a tous les profils, sourit l’entraîneur des trois-quarts, Laurent Théroulde, qui effectue ses premiers pas d’entraîneurs. Il y a cinq ou six joueurs autour de la quarantaine présents depuis longtemps au club, plusieurs jeunes entre 18 et 22 ans qui ne jouaient pas et  de nouveaux joueurs. Au bout du compte, plusieurs joueurs qui ne payaient pas forcément de mine se sont révélés et ont même été promus en équipe une. »

 

Poser les jalons d’une réserve

Depuis le début de saison, à l’instar de Saint-Maximin (douze défaites), l’autre équipe de Saint-Mandrier n’a toujours pas gagné un match. Il y a huit jours, elle a décroché son premier point à Saint-Jean-du-Var. « Jusqu’à une minute de la fin, on en avait quatre, regrette l’entraîneur. Nous avons enchaîné onze défaites, ce n’est pas facile. Nous avons joué le jeu sans faire descendre des joueurs de l’équipe une. Les gars sont contents de jouer. Par exemple, Lucas Gahery n’avait fait que quelques bouts de matchs depuis son arrivée au club. Il a beaucoup progressé et a fait ses preuves à la mêlée. » Outre la possibilité offerte à de nombreux joueurs de ne pas se contenter de s’entraîner, elle permet au club de poser les jalons d’une équipe réserve qui sera une obligation en cas de montée en Promotion Honneur, l’objectif de l’équipe une, deuxième de sa poule, avec seulement deux défaites, et de préparer également l’arrivée future des moins de 18 ans.

À cet effet, après un entraînement commun le mardi, les deux équipes sont séparées le vendredi, avant de se retrouver après une séance qui voit tout le monde se partager le terrain : vétérans, féminines et les deux équipes seniors. « Ça demande de l’organisation, sourit Laurent Théroulde. Mais c’est essentiel pour que tout le monde se voit. »

par Sébastien Fiatte

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir