Voyage initiatique

  • Voyage initiatique
    Voyage initiatique
Publié le , mis à jour

Quinze jeunes lycéennes du Val-d'Oise sont parties au Cambodge et au Vietnam visiter des ONG.

Le professeur d’EPS Michaël André, titulaire au lycée Romain-Rolland de Goussainville, a emmené une quinzaine des filles de sa section rugby en voyage en Asie. Cet enseignant est un habitué des grandes organisations. Depuis qu’il a créé cette section en 2006 - il a aussi créé l’équipe cadette de l’entente Goussainville-Gonesse en 2011 - Mickaël André s’arrange chaque année pour ménager à ses élèves une séquence découverte. L’Espagne, les Landes, les licenciées UNSS rugby de Romain-Rolland les avaient déjà visités. « Il faut les intéresser au-delà de la pratique sportive, explique-t-il. Nous ne sommes pas dans des endroits où le rugby s’impose de lui-même. Montrer aux filles la richesse de nos échanges, pour qu’elles en discutent autour d’elles, et décident de le partager avec leurs copines, c’est une obligation pour les fidéliser et augmenter leur nombre ». Cette année, donc, ce fut l’Asie. La petite équipée des 15 rugbywomen est revenue lundi dernier d’un beau voyage de 13 jours, au Cambodge et au Vietnam.

 

Le Cambodge, fascination partagée

Sur le plan sportif, les filles du lycée Rolland ont disputé deux matchs au Cambodge contre l’ONG « Kampuchéa Balopp » et les lycées français de Phnom-Penh. Au Vietnam elles ont participé à la coupe d’Asie des Lycées Français. « En gagnant toutes nos rencontres, nous avons montré notre savoir-faire, ce qui était assez valorisant pour les filles, explique Mickaël André. Mais surtout, nous avons vécu des moments très forts, loin du quotidien habituel de notre lycée. Ce type d’évènement est toujours un moyen de réfléchir à sa propre condition ». Les jeunes filles ont notamment vécu en immersion pendant 48 heures dans l’ONG cambodgienne « Pour un sourire d’enfant ». Dormir sur des nattes, manger du riz trois fois par jour, partager le quotidien des enfants : ce fut intense. « Il n’y a pas eu que des rires pendant ce voyage, dit leur professeur. La fascination des Cambodgiens pour la peau de nos joueuses, dont la plupart sont noires, nous a beaucoup marqués également. Ils touchaient les coiffures quand nous nous arrêtions dans les commerces. Ces gestes de curiosité bienveillante étaient très émouvants. On ne pourra pas oublier ces moments de vie très riche. C’est vraiment un voyage initiatique que nous avons vécu ». 

par Guillaume Cyprien

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?