Albi est toujours vivant

  • Albi est toujours vivant
    Albi est toujours vivant
Publié le , mis à jour

Au terme d'un match où la crispation était perceptible, Albi s'est imposé sur le fil à Bourgoin, décrochant un succès important dans la course au maintien.

Bourgoin 19-23 Albi

Par Sébastien Fiatte

 

Résumé de la rencontre

D'entrée, Bourgoin donnait dix points à son adversaire. Sicart échappait au plaquage de Nicolas au niveau de la ligne médiane, puis lançait Le Gal à l'essai (7-3). Dans la foulée, Bourgoin multipliait les fautes de main et Kirkpatrick alourdissait la note (10-3, 17e). Heureusement, Albi n'était guère plus serein que son adversaire et ne maîtrisait pas toujours son rugby. Les visiteurs donnaient aussi des points au buteur adverse, Florent Campeggia, et Nicolas Mirande marquait un essai opportuniste (13-13, 30e). En deuxième période, entre une charge de Coux sans ballon sur Rokoduru (58e) et un ballon repris suite à un en-avant (61e), les deux équipes se marquaient à la culotte au tableau d'affichage. Albi rompait cette monotonie en tentant la penaltouche (65e). Le lancer était raté, mais Albi s'installait dans le camp berjallien. A la 71e, Benoît Sicart croyait libérer son équipe. Finalement, c'est Daniel Faleafa, qui libérait les Albigeois en partant derrière la mêlée à cinq qui suivit, donnant un avantage décisif à son équipe. Les Tarnais dressaient ensuite les barbelés pour résister aux derniers assauts adverses à quatorze contre quinze.

 

Le fait du match

On peut reprocher beaucoup de choses aux Berjalliens, mais pas de baisser les bras. Volontaires, actifs, ils se sont créés des occasions. Le problème est que le ballon leur a souvent glissé des mains. Taavili perdait deux ballons à l'impact (13e, 14e). En début de deuxième mi-temps, le CSBJ voyait sa domination territoriale annihiler par des ballons perdus près des lignes (45e, 47e), un jeu au pied hasardeux (48e) ou ce ballon perdu au contact (51e). A force de ne pas savoir concrétiser ses occasions, Bourgoin a fini par reculer.

 

L'action de la rencontre

A 13-6 en faveur d'Albi, Nomani Tonga commettait une faute grossière sur le renvoi consécutif à la deuxième pénalité inscrite par Kirkpatrick. Il était justement sanctionné d'un carton jaune (30e), gâchant la supériorité numérique de son équipe, suite au carton jaune infligé au flanker berjallien, Vincent Barrière, deux minutes plus tôt. Sur la penaltouche suivante, le lancer de Khribache semblait lobber le bloc de saut berjallien. En embuscade, le pilier droit, Nicolas Mirande, récupérait la gonfle pour marquer l'essai. Pas sûr pour autant que cette combinaison ait été répété à l'entraînement...

 

Le joueur de la rencontre

Placé en troisième ligne centre après la sortie de Sione Tavalea, Daniel Faleafa a marqué l'essai de l'espoir à sept minutes de la fin. Bien lancé par sa mêlée, il a résisté aux plaquages berjalliens avant de parvenir à passer le bras pour aplatir entre les perches. Il aurait également pu être le héros malheureux de son équipe, lorsqu'il écopait d'un carton jaune à la 80e, mais ses coéquipiers se sont montrés imperméables pendant plus de deux minutes après la sirène.

 

Les meilleurs

Khribache, Perez Galeone ; Sicart, Quercy, Le Gal, Kirkpatrick, Faleafa.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?