Vannes illumine son avenir

  • Vannes illumine son avenir
    Vannes illumine son avenir
Publié le , mis à jour

En prenant le meilleur sur Aurillac (26-15), les Vannetais peuvent continuer de croire au maintien. Mais finalement, au-delà du bilan comptable, c'est bien le contenu de cette victoire qui pourrait compter dans les semaines à venir.

Vannes 26-15 Aurillac

Par Didier Le Pallec

 

Résumé de la rencontre

Condamné à vaincre, le RC Vannes n’a pas laissé passer l’occasion d’engranger quatre points supplémentaires. Mais c’est au-delà du score brut et de ses conséquences au classement qu’il faut porter jugement de valeur sur cette équipe du RC Vannes. La manière affichée aura été celle d’Oyonnax. Tétanisés par l’enjeu, le premier essai de Ravai, provoqua une saine réaction d’indignation et un sentiment de révolte. L’essai du « monstrueux » Vosawaï ramena les Bretons dans le droit chemin, celui de la confiance et de la vaillance. En virant à la pause avec six points d’avance (grâce aussi à deux pénalités de Moeké 17e, 25e), les Vannetais abordèrent la seconde période avec plus de sérénité, plus d’envie aussi.

L’essai de Hickes (50e) acheva de libérer définitivement une équipe du RCV généreuse dans le combat. Dès lors, la voie royale s’ouvrait pour le club breton, d’autant que Moeké eut la bonne idée d’enquiller deux pénalités (71e, 78e) pour compenser l’essai non transformé de Luatua (62e), dans un baroud d’honneur d’une équipe cantalienne qui avait déjà, dans sa tête, perdu la rencontre.

 

Le fait du match - Essai de Hickes (50e)

L’essai à la 50e minute de jeu, signé Hickes. Le trois-quart centre, après neuf points de fixation, permettait aux Vannetais de faire la bascule au score mais également sur le plan psychologique. Dominateurs dans le combat en première période, les Bretons bonifièrent cet ascendant psychologique.

 

L'action de la rencontre

Celle de Vosawaï qui s’est offert le luxe d'incrire un essai de quarante mètres, dans une défense aurillacoise aux abonnés absents. C’est du reste sur un renversement de jeu que le troisième ligne s’est ouvert un boulevard qui l’amena en terre promise.

 

Le tournant de la rencontre

L’essai de Hickes qui mettait le doute dans les esprits des joueurs d’Aurillac et boostait une équipe vannetaise dominatrice. Le RCV a ensuite appuyé là où ça faisait mal, multipliant les temps de jeu pour user les Cantaliens.

 

Les  joueurs de la rencontre - Mano Vosawaï et Laijiasa Boléinavalu

En fait, les dissocier serait faire injure à l’un des deux. Mano Vosawaï, comme d’habitude serait-on tenté d’écrire, a usé de son influence sur le jeu de progression, et Laijiasa Boléinavalu, par ses coups de boutoirs, sa puissance au service d’une intelligence de jeu reconnue ont grandement contribué à la construction de la victoire vannetaise.

 

Les meilleurs

Vosawaï, Boléinavalu, Lagioiosa, Hickes, Fry, Dumas, Abiven, Delangle ;Ravai, Luatua, Pelissie, Granouillet.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?