La Rochelle roule sur le Racing

  • La Rochelle roule sur le Racing
    La Rochelle roule sur le Racing
Publié le

Il n'y a pas eu de match à Colombes. Le leader a imposé son rugby avec une maîtrise impressionnante, s'imposant 15-38 sur les terres du champion de France en titre. La Rochelle poursuit son ascension.

Le film du match

Qui pourra arrêter La Rochelle ? Les hommes de Patrice Collazo ont fait la démonstration de la maitrise parfaite de leur rugby. Portés par des individualités tranchantes - Vito, Mutimurivalu et Qovu au top de leur forme - les Maritimes n’ont laissé que très peu d’espace d’expression aux joueurs du Racing. Le champion de France a été étouffé sur sa pelouse par la capacité des Rocherais à jouer juste en toute occasion. Sur les turn over, grâce à la sécheresse de leur défense, sur leurs propres initiatives, avec le jeu au pied de James et une technique individuelle de passe irréprochable, des avants et des trois quarts, toute la panoplie de l’alternance a été déployée dés le départ de la rencontre et jusqu’à son terme. Le premier essai inscrit par Vito a été initié par une attaque en première tranchante avec Murimurivalu dans la ligne, le troisième ligne centre profitant ensuite d’une mêlée à 5 mètres parfaitement maîtrisée. Le second essai est venu d’un pénaltouche et d’une succession de défi au ras, à la suite d’une passe au pied de James pour Rattez. Le troisième été initié par une relance de Murimurivalu, transformée collectivement en coup gagnant. 22 à 8 à la mi-temps. L’occupation du terrain en deuxième période, et les quelques pénalités récoltées en bonnes positions, ont suffi pour contenir la tentative de retour des Racingmen. Le dernier essai de Roudil pour son doublé, juste avant la sirène, a fini de consacrer la supériorité des Rochelais. N’en jetez plus : ils sont devant, et les autres sont dernière.

 

Le tournant du match

C’est le premier essai de La Rochelle, inscrit à la 9ème minute. Avant même leur démonstration de supériorité dans le jeu courant durant toute la partie, les joueurs du Racing ont pris conscience dés ce moment que le réalisme serait du côté des Maritime. Les Franciliens venaient juste de manquer une occasion de marquer un essai, à peine le coup d’envoi donné. La mauvaise réception de Qovu leur avait donné une belle touche. Percée de Vulivuli sur une passe directe de Hart, relais au ras, et poussée collective : le Racing a franchi la ligne mais sans parvenir à aplatir. Le match partait plutôt bien. Mais sept minutes plus tard, sur une simple action en première main initiée dans leur propre 40 mètres par les Rochelais, les mouches ont changé d’âne. L’arrière Murimurivalu a déposé tout le monde dans la ligne avant de poursuivre au pied, obligeant le dernier défenseur du Racing à rentrer la balle dans son en-but. Mêlée à 5 mètres pour La Rochelle. Mêlée bien tournée, et Vito a démarré petit côté en laissant Hart et Imhoff interdit. James a transformé en coin. 10 à 3 pour La Rochelle. La machine était lancée.

 

L’essai du match

C’est l’essai inscrit par La Rochelle juste avant la mi-temps, qui a donné un avantage conséquent aux joueurs de Patrice Collazo (8-22). Le coup de pied non sorti en touche de l’arrière du Racing Sean Robinson, a fourni une munition de relance à Murimurivalu. Relance immédiatement amorcée, à partir de laquelle une longue action a été lancée. Une percée d’Aguillon dans la nasse, et des défis au ras, de rucks gagnants en ruck gagnants, ont produit une avancée continuelle jusqu’à 2 mètres de la ligne. Januarie a tenté sa chance en individuel sans succès. Mais les Maritimes ont conservé leur main mise sur le ballon. Bien replacés sur le petit côté pour un énième défi, les avants rochelais ont assuré une présence massive qui a figé la défense du Racing. Januarie a profité de la situation pour adresser une passe sautée éclair devant tout ce petit monde, directement pour son ailier Eliott Roudil, qui s’est bien proposé au cordeau pour aplatir en coin. Une belle démonstration de maitrise collective.

 

L’homme du match

Jone Qovu faisait son retour à Colombes dans la positon d’un favori pour la première fois depuis son départ du Racing. Il a donné des grands coups d’épaule assassins dans tous les coins du terrain. Mais c’est sur une malice qu’il est parvenu à inscrire son essai à la 19ème minute. Juan Himoff venait d’écoper d’un carton jaune pour une intervention litigieuse en l’air sur Rattez. Sur ce coup là, la passe au pied de James pour son ailier fut une petite oeuvre de perfection. Pénalité pour La Rochelle. Les Maritime ont décidé de forcer leur chance en prenant une pénaltouche. A la suite d’un maul infructueux - grosse défense des avants du Racing - Januarie a initié une série de défis au ras, avant de renverser pour un affrontement individuel de Jason Eaton assez esseulé à 5 mètres de la ligne. Qovu est rapidement intervenu à la protection du ballon. La défense du Racing a délaissé le coeur du maul. L’immense fidjien a saisi la balle d’une main et d’une petite impulsion, s’est projeté derrière la ligne. Fort au contact et malin comme un singe : une première mi-temps de haut standing pour lui.

 

Les meilleurs : à La Rochelle :  Vito, Qovu, James, Januarie, Rattez, Murimurivalu, Aguilon, Kaulashvili ;

Au Racing 92 : Robinson, Nakarawa, Chavancy.

 

Par Guillaume Cyprien

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?