Lorenzetti président, Travers-Labit entraîneurs du futur grand club parisien

  • Lorenzetti président, Travers-Labit entraîneurs du futur grand club parisien
    Lorenzetti président, Travers-Labit entraîneurs du futur grand club parisien
Publié le , mis à jour

La futur fusion des deux clubs franciliens du Top 14 a déjà son organigramme. Que voici. Et qui laisse envisager un rachat du Stade français par le Racing 92, bien plus qu'une fusion.

Le Biarritz olympique et l’Aviron bayonnais l’avaient maintes fois évoqué sans ne jamais franchir le pas. C’est finalement le Stade français et le Racing 92 qui formeront, dès l’an prochain, la « super entité » du Top 14. Via un communiqué officiel, les deux clubs d’Île-de-France ont ainsi annoncé une fusion dont le secret avait été précieusement gardé par les présidents des entités respectives, Thomas Savare et Jacky Lorenzetti. Il y a peu, des échos laissaient entendre que Savare, à la tête du Stade français depuis 2011, souhaitait vendre le club de la Porte d’Auteuil. Celui-ci a-t-il finalement été racheté par Lorenzetti pour en faire le grand club de demain ? La question reste entière et sera tranchée à 16 heures, à Neuilly, où les deux présidents ont donné rendez-vous aux journalistes pour une conférence de presse exceptionnelle.

 

Savare : « Les départs volontaires sont les bienvenus »

Les deux présidents avaient par ailleurs souhaité informer en premier lieu leurs équipes administratives afin de les rassurer et qu'elles n'apprennent pas par voie de presse ce rapprochement hautement improbable il y a encore quelques mois. Du côté du Stade français, l'équipe administratif et l'ensemble du staff sportive et de l'effectif avaient été convoqué à 11h00 au Stade Jean-Bouin. Tous étaient réunis face à Thomas Savare dans la grande salle de réception. Le président parisien a ainsi présenté le projet, insistant bien qu'il s'agissait d'une « fusion » pour contrer « les pertes financières des deux clubs ». Seulement, il a aussi annoncé à ses troupes que le président du directoire serait Jacky Lorenzetti et que les deux responsables sportifs seraient Laurent Travers et Laurent Labit. Quid alors de Greg Cooper qui devait prendre la succession de Gonzalo Quesada ? Thomas Savare a répondu : « Pour chaque membre du staff, il y aura une discussion, certains pouvant s'inscrire parfaitement dans le projet. » Il a également précisé, notamment en direction des joueurs : « Les départs volontaires étaient les bienvenues ». Toutefois, parmi les actuels du Stade français, l'actuel directeur général Pierre Arnald deviendra le DG du futur grand club parisien.

 

Des rencontres à l'Arena 92

Thomas Savare et Jacky Lorenzetti, qui ont mené les négociations en toute discrétion ces derniers mois, tiendront une conférence de presse en fin d'après-midi. Au cours de celle-ci, Savare et Lorenzetti donneront des précisions sur la masse salariale du club, l’avenir des joueurs qui ne seront pas conservés dans la nouvelle entité et sur le lieu où se disputeront les rencontres de Top 14 du club en question. Rappelons que le Racing 92 devait inaugurer son Arena à l’automne prochain quand le Stade français évoluait depuis quatre saisons dans un stade Jean Bouin rénové pour un coût avoisinant les 250 millions d’euros. Selon toute vraisemblance, cette fusion, qui ressemble davantage à une absorption du Stade français par le Racing 92, devrait conduire la nouvelle entité à élire domicile dans la future Arena de Jacky Lorenzetti. Ce mariage n'aura toutefois aucun impact, au moins dans un premier temps, sur les secteurs amateurs. Des écoles de rugby aux équipes Espoirs, tous les licenciés resteront sous pavillon ciel et blanc ou stadiste, l'objectif restant néanmoins de créer un pôle espoirs commun d'ici deux ans sur les installations, appelées à grandir, du Plessis-Robinson (Hauts-de-Seine).

 

Par Arnaud Beurdeley et Marc Duzan

Arnaud Beurdeley
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?