Massy, c’est le grand luxe !

  • Massy, c’est le grand luxe !
    Massy, c’est le grand luxe !
Publié le / Mis à jour le

Leur montée en Pro D2 validée, les Massicois la fêteront samedi contre Limoges. Ils ont 5 mois devant eux pour préparer leur maintien chez les pros. Une situation unique. 

À Massy, la grande fête de la montée en Pro D2 aura lieu samedi au stade Ladoumègue, à l’issue du match contre Limoges. Les joueurs l’ont à peine consommée après avoir obtenu cette promotion « éclair » sur le terrain d’Aubenas. La semaine qui vient de s’écouler, le staff la leur avait offerte en guise de période de vacances, avant même de connaître le résultat de cette rencontre en Ardèche. Les Massicois sortaient d’un bloc compact de sept semaines de travail intense. Ils pouvaient devoir jouer leur montée à la maison contre Limoges. Psychologiquement, ils avaient gagné une semaine de décompression avant de remettre le bleu de chauffe. Ce plan préparatoire n’a pas été utile en raison du succès à Aubenas. Mais les billets de train avaient été pris, des joueurs avaient décidé de rester dans le Sud, et c’est une toute petite colonie d’une vingtaine de personnes seulement qui est remontée depuis l’Ardèche en bus, en chantant « on est champions ». « C’est trop bizarre comme montée, a ressenti le demi de mêlée Greg Coudol, l’un des quatre mousquetaires, avec Denoyelle, Desassis, et Ratinaud, qui ont connu les deux montées précédentes obtenues en demi-finale contre Lille et Tyrosse. Les deux fois, c’était la grande fête pendant une semaine, avant le dernier match de la finale qui donnait pourtant un bout de bois. On y arrivait en string. Et là, on est arrivé à Massy à 4 h 30 du matin, et chacun est rentré chez soi ».

Cinq mois de préparation

Bon, après Limoges, Greg Coudol a tout de même décidé de poser trois jours de congés pour respecter certaines traditions. Mais cette espèce de calme par lequel aucune hystérie n’a encore incendié le club-house, contrairement aux années précédentes, illustre complètement le confort né de cette première place de poule d’accession. C’est une première dans l’histoire des montées en Pro D2 : Massy dispose à partir de maintenant de 5 mois pour préparer son maintien avant le redémarrage du championnat. C’est la première fois qu’un promu disposera de meilleures conditions de préparation que les clubs du Pro D2. Lors des deux montées précédentes, quand Massy partait en vacances au mois de juin après des phases finales éprouvantes, les clubs du Pro D2 reprenaient déjà le chemin des terrains. Moins de temps pour se préparer, mois de temps pour recruter, les promus partaient quand même un peu à l’abattoir. Massy, comme bien d’autres avant eux, les deux fois, avait été rétrogradé immédiatement. « Les joueurs ont fait le travail. Nous devons faire le nôtre maintenant, et profiter de cette situation », commente le président François Guionnet. Il rencontrera ses entraîneurs la semaine prochaine. Les joueurs en suivant. Et alors la campagne de recrutement, et de recherche de nouveaux partenaires, deux jambes qui fonctionnent toujours ensemble, pourront commencer. Jusqu’à présent, dans l’effectif, une seule certitude : le seconde ligne Mohamed Kbaier, qui avait été recruté à Valence d’Agen, a décidé de quitter le club immédiatement pour répondre à la proposition de contrat de 3 années d’Aix-en-Provence. Une décision tout de même un peu surprenante, alors que les Aixois ne savent pas encore dans quelle division ils joueront l’an prochain. Il a signé au risque de rester en Fédérale 1. Une décision qui dit, malgré ces cinq mois de préparation qui font un grand luxe, l’énormité de la gageure du maintien à relever pour le club francilien.

Par Guillaume Cyprien

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir