Ben Barba « Mon poste de prédilection ? On verra plus tard ! »

  • Ben Barba « Mon poste de prédilection ? On verra plus tard ! »
    Ben Barba « Mon poste de prédilection ? On verra plus tard ! »
Publié le , mis à jour

Arrivé sur la rade début février, il n'aura pas fallu longtemps au meilleur joueur du monde de rugby à XIII 2012, pour s'inviter dans le groupe toulonnais. S'il a connu trois entrées encourageantes contre Brive, Bayonne et Grenoble, Ben Barba va connaître sa première titularisation dimanche, face au Stade français. 

Ben, vous allez connaître votre première titularisation avec le RCT dimanche. Dans quel état d'esprit êtes-vous ?

Je me sens bien, je suis prêt à démarrer et j'attends impatiemment cette rencontre. On dirait que je suis à Toulon depuis longtemps mais ça ne fait qu'un mois (rires). Mike Ford s'est bien occupé de moi et j'ai vraiment hâte de jouer ce week-end.

 

Considérez-vous avoir pris la pleine mesure de ce nouveau sport ? 

C'était compliqué au départ. J'ai eu des difficultés, notamment avec les annonces, qui étaient faites en Français. Mais mes coéquipiers m'ont beaucoup aidé, afin que je m'intègre le plus rapidement possible. Et aujourd'hui je suis à l'aise dans ce groupe.

 

A votre arrivée, vous pensiez évoluer dans le triangle d'arrières, mais finalement vous semblez être amenés à jouer au centre. Ce poste vous plaît-il ? 

Je ne suis pas certain que ce soit mon poste définitif, mais pour l'instant je suis surtout heureux d'intégrer l'équipe aussi rapidement. Est-ce mon poste de prédilection ? On verra plus tard ! Quoi qu'il arrive, qu'importe le poste, si on fait appel à mes services je donnerais le maximum. 

 

Mais quel poste préférez-vous ? 

Honnêtement, j'aime bien jouer premier centre. Ce n'est pas le poste où je pensais évoluer, mais je prends énormément de plaisir. Je touche beaucoup de ballons et ça me va très bien.

 

Vous qui venez de la NRL, le Top14 correspond-il à vos attentes ?

C'est définitivement une compétition très rude. Le Top14 est un championnat très serré et il n'y a pas de matchs faciles. Nous avons vu contre Grenoble et Brive que le classement ne correspondait pas forcément au niveau d'une équipe. C'est donc, sans surprise, une compétition de très haut-niveau.

 

En venant du Rugby à XIII, vous êtes facilement comparé à Sonny Bill Williams. Est-ce, pour vous, un exemple à suivre ?

J'ai dit à mon arrivée que je connaissais bien Sonny. Nous étions dans le même club en NRL, avant qu'il signe à Toulon (rires). Mais depuis qu'il est rentré en Nouvelle Zélande nous avons perdu un peu le contact. Mais bien sûr c'est une personne que je respecte énormément, que ce soit sur le terrain ou dans la vie.

 

Selon vous, que manque-t-il au RCT cette saison ? Comment éviter une nouvelle désillusion comme à Grenoble ? 

Personnellement, quand je regarde notre équipe je m’aperçois qu'elle a énormément de talent. Et si jamais nous pouvions prendre conscience de ces qualités et avoir confiance en nous, nous serions difficiles à battre. Nous devons croire en nous et je pense que l'on peut faire quelque chose de beau cette saison.

 

Vous devriez visiblement être associés à Mathieu Bastareaud pour cette première titularisation. Auriez-vous préféré être alignés aux côtés de Ma'a Nonu, notamment pour la communication ? 

Non ça ne pose aucun problème ! Ma'a ou Basta sont deux grands joueurs. Puis je n'ai aucun problème de communication avec Basta, même si sa langue maternelle est le français. Nous communiquons très bien ensemble et ça va être agréable d'être associé à Ma'a ou Basta.

 

Par Pierrick Ilic-Ruffinatti

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?