Vakatawa, premier double contrat ?

  • Vakatawa, premier double contrat ?
    Vakatawa, premier double contrat ?
Publié le , mis à jour

Sous contrat fédéral, l’ailier des bleus Virimi Vakatawa - qui évolue aussi sur le circuit à vii - pourrait être libéré sur certaines périodes pour trouver davantage de temps de jeu à Xv en top 14. Lyon s’est déjà montré très intéressé pour l’accueillir et des discussions ont même été entamées en ce sens. 

Le dernier Tournoi des 6 Nations a démontré que Virimi Vakatawa (24 ans,12 sélections) gardait un énorme potentiel mais qu’il avait besoin de trouver des repères et du rythme pour être performant sur la scène internationale. Pour le moment, le Fidjien, sous contrat fédéral jusqu’au 31 août 2018, ne dispose que du circuit mondial du rugby à VII, hors des périodes internationales à XV, pour garder le contact avec la compétition.

Les dernières prestations en Bleu du trois-quarts aile fidjien ont permis de prendre conscience que c’était insuffisant, d’autant plus qu’il n’a encore participé à aucune étape à VII cette année. Du coup, une idée a germé dans l’esprit des dirigeants de la Fédération française de rugby : libérer Vakatawa sur certaines périodes afin qu’il s’aguerrisse dans un club de Top 14. Lyon s’est montré intéressé et l’a fait savoir à la FFR. Pour le moment, il ne s’agit que d’une hypothèse de travail mais des rendez-vous ont été pris entre les trois parties pour les prochaines semaines. Virimi Vakatawa pourrait ainsi jouer les pigistes de luxe, pour dix à quinze matchs par saison, avec les Lyonnais lorsqu’il n’est pas réquisitionné par le XV de France.

 

Quel support juridique ?

L’ailier pourrait donc être le premier joueur à être sous double contrat, fédéral et professionnel. Les discussions qui viennent tout juste de commencer se passent bien. Mais il reste à établir le support juridique de ce nouveau format d’engagement. De plus, si Lyon est disposé à l’accueillir, il reste à connaître la position du joueur.

Il reste donc de nombreux écueils à juguler pour concrétiser cette approche. Néanmoins, le cas Vakatawa prouve que des discussions, voire des négociations, sont possibles entre le monde fédéral et l’univers des clubs professionnels. 

 

Pierre-Laurent Gou
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?