Mauls furtifs, lancements gagnants

  • Mauls furtifs, lancements gagnants
    Mauls furtifs, lancements gagnants
Publié le , mis à jour

Si les ballons portés «classiques » ont globalement perdu en efficacité durant ce tournoi des 6 nations, les lancements de jeu autour des mauls ont trouvé une seconde jeunesse. Explications.

Cela ne vous aura probablement pas échappé : de moins en moins d’essais se trouvent directement marqués depuis le début de la saison sur les ballons portés après touche, et plus particulièrement sur ce Tournoi des Six Nations. Pourquoi? Tout simplement parce qu’avec l’obligation de se passer le ballon plutôt que faire reculer le porteur de balle au fond de la structure, et la vigilance accrue concernant les liaisons devant ledit porteur (à l’image de l’essai refusé aux Irlandais contre le pays de Galles pour une arrivée du centre Henshaw devant Rory Best, qui serait probablement passée en pertes et profits ces dernières années), les mauls sont tout de même plus difficiles à structurer qu’auparavant. Et cela même si les arbitres, il faut le reconnaître, font très attention à ce que les défenseurs n’interviennent pas sur les lifteurs avant la fin de la touche.

 

Cumuler tous les avantages

De fait? Les attaques se sont logiquement adaptées. Puisqu’il est de plus en plus difficile d’avancer frontalement pour pousser l’adversaire à la faute ou marquer, les ballons portés sont de plus en plus utilisés comme une manière de fixer la défense, pour mieux lancer le jeu. Une tactique qui porte un nom: les mauls furtifs. «Pourquoi furtifs? Parce qu’il s’agit de faire croire à la défense que l’on va créer un ballon porté, pour mieux en extraire le ballon et la surprendre, nous expliquait voilà quelques semaines le futur entraîneur de Toulon Fabien Galthié. Et pour cela, il faut aller très vite. Comme les défenseurs situés à dix mètres peuvent monter sitôt la touche terminée, il s’agit de les prendre de vitesse pour bénéficier de leur retard. En fait, le but, c’est de profiter des avantages d’une touche jouée en déviation, tout en fixant au maximum les avants. »

 

Quatre essais Anglais, deux gallois sur la 4e journée

Et cela marche! Sur la dernière journée en effet, les Anglais ont procédé à un récital, inscrivant face à l’Écosse pas moins de quatre essais sur des mauls furtifs : les deux premiers essais de Jonathan Joseph et celui de Watson (par ailleurs tous fruits du même lancement de jeu, avec une passe dans le dos des premiers attaquants pour mieux servir le centre anglais à hauteur) et celui de Danny Care (lire ci-dessus). Un chemin également emprunté par les Gallois, dont les deux réalisations contre l’Irlande procèdent de la même logique. Le premier essai de George North a en effet été amené par une brèche crée par une belle combinaison entre Rhys Webb et Scott Williams derrière un maul furtif, tandis que le deuxième (voir ci-dessus) doit beaucoup à un travail plus poussé des avants. Mais dont la clé résida dans la libération du ballon dans le bon timing! Alors, de là à dire que les ballons portés, longtemps considérés comme une fin en soi, peuvent constituer la meilleure des rampes de lancement de jeu du moment, il n’y a qu’un pas… 

Nicolas Zanardi
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?