Damien Hoyland (Edinburgh) : «La Rochelle joue le "Joli Rugby" »

  • Damien Hoyland (Edinburgh) : «La Rochelle joue le "Joli Rugby" »
    Damien Hoyland (Edinburgh) : «La Rochelle joue le "Joli Rugby" »
Publié le , mis à jour

L'ailier de la province Ecossaise d'Edinburgh Damien Hoyland, se livre dans une interview accordée au site de l'EPCR. Parcours en Coupe d'Europe, histoire du rugby écossais, l'international à 7 s'explique également sur le quart de finale de Challenge Cup qui opposera Edingurgh à La Rochelle dans la mythique antre de Murrayfield, théâtre de la prochaine finale le 13 mai prochain. 

Comment évaluez-vous le parcours européen d'Edimbourg Rugby cette saison?

 

En comparaison avec le championnat ça se passe beaucoup mieux. Je ne sais pas ce qui s’est passémais c’est bon à prendre. Deux belles victoires contre les Harlequins, une grande équipe anglaise,puis cette belle victoire contre le Stade Français à domicile. Et nous avons failli les battre chez eux.

 

Quel est l’aspect le plus positif de ces résultats impressionnants durant votre campagne européenne?

 

Je ne sais pas. Je pense que l’équipe est du même avis: quand nous jouons face à une grande équipe, je ne vois pas la différence dans notre façon de jouer. Nous avons juste été très efficaces dans les occasions que nous nous sommes procurés. Nous avons réussi à mettre ces grandes équipe en difficulté. Cela démontre que si l’on joue de la bonne manière, nous pouvons battre n’importe qui et c’est l’essentiel! 

 

Vous avez mentionné la différence des résultats entre votre parcours européen et le championnat national de votre équipe, votre approche des matchs du Guinness Pro 12 est-elle différente?

 

Honnêtement je n’en ai aucune idée. Je ne pense pas qu’il y ait quelque chose de différent dans la préparation des matchs. Je pense que quand on joue contre de grosses équipes on a moins la pression pour les battre, et tout ce qui se passe autour... mais je ne pense pas que c’est le cas pour nous. Je pense que dans ce genre de match, on a eu le bon déclic. Et c’est juste arrivé pendant le coupe d’Europe à mon avis.

 

Combien de confiance avez-vous emmagasiné après votre victoire sur les deux finalistes de l’année dernière, Harlequins et le Stade Français? à quel point cela vous a-t-il boosté?

 

Ce fut un grand boost, comme vous dites, ça nous a donné la confiance que l’on a aujourd’hui, et plus particulièrement dans les matchs de championnat où on peut gagner contre les grandes équipes. Même si les résultats n’ont pas été en notre faveur, si on fait les choses comme il faut on peut battre n’importe qui. Nous avons une grande confiance en nos capacités parce qu’on sait qu’on peut battre n’importe qui après tous ces matchs.

 

Quand vous faites ce genre d’exploit en coupe d’Europe et que les choses ne vont pas très bien en championnat, est-ce que ça vous aide? La confiance vient et repart très rapidement, pouvez-vous vous servir de ces bons résultats pour vos matchs de championnat? 

 

Je pense qu’il faut faire attention avec ça, on ne peut pas se référer qu’au passé. Il faut jouer match après match mais c’est bien de savoir qu’on est la même équipe du début de saison. Nous sommes capable de battre les grosses équipes et on le sait. Mais il faut prendre les choses semaine par semaine, les matchs qu’on a fait dans le passé appartiennent au passé. Nous devons nous tourner vers le futur pour battre nos prochains adversaires.

 

Quelle est la place qu’occupe le rugby européen à Édimbourg?

 

Une place de premier plan. Vous savez - c’était l’année dernière? Non, c’était celle d’avant. Néanmoins, nous avons atteint la finale et nous avons failli l’emporter. Nous avons perdu contre Gloucester et étions très déçus. Une autre source de motivation est que la finale sera jouée à Murrayfield. De jouer une finale de coupe d'Europe à Murrayfield à Edimbourg serait phénoménal. Je pense que l'engouement populaire serait énorme. Je pense que c’est ce que pense beaucoup de gens à présent que nous jouons le quart de finale.

 

J'allais justement y venir: comment est votre motivation, celle de vos partenaires et de toutes les personnes qui travaillent pour le club par rapport au fait que la finale va se jouer en Mai dans votre ville et tout en sachant que vous pouvez en faire partie?

 

Oui, c’est super excitant. Mais je répète que nous devons procéder semaine par semaine. Nous avons un match contre La Rochelle, ça va être un grand match. C’est la première étape, si nous parvenons à nous hisser en finale nous serons très heureux.  

 

Comme on dit toujours, il faut prendre les matchs un à la fois. Mais ça doit être très motivant de se dire que si vous réussissez à créer l’exploit ça va faire le buzz, et ça se passera ici. C’est une occasion magnifique pour toute votre équipe.

 

Oui, j’avoue que j’y pense par moment et c’est très motivant pour le prochain match. Durant les phases de groupes on en parlait pas beaucoup mais maintenant qu’on est en quart et ce quart de finale se joue à Murrayfield, ça va être un avant goût de finale. Je suis sûr que tout le monde va en parler dans ce sens.

 

Votre adversaire est actuel leader du Top 14, à quel type d’adversité vous attendez-vous sur la base de ce que vous les avez vu produire jusqu’à présent? Le fait qu’Ils soient aussi bons n’a bien-sûr pas surpris grand monde...

 

Ils sont très bons. Ils ont de grands coureurs et jouent le “Joli Rugby” à la française avec beaucoup de pression athlétique, ça va être compliqué, ça va être différent de ce que nous avons l’habitude de voir. En gagnant contre le Stade Français nous avons démontré qu’on pouvait gagner contre une équipe française même si le style est différent. Et nous avons aussi démontré par notre victoire contre le Stade Français et les Harlequins que nous pouvions battre n’importe quelle équipe, si on est dans un bon jour. Je pense qu’il faut faire ce qu’on sait faire le mieux, faut pas trop y penser et je suis sûr que nous pouvons faire un résultat.

 

Vous allez bien-sûr vous concentrer sur votre propre match comme vous le dites. Mais de l’analyse que vous faites de votre adversaire, à quel type de match vous attendez-vous et sur quel aspect devez-vous vous concentrer?

 

Pour ma part j'espère que ça va être un match ouvert. De ma position d’ailier, ça serait bien d’ouvrir le jeu. C’est ce que j’aime faire et c’est leur style de jeu aussi d’après ce que j’ai vu. Ils sont très efficaces et font beaucoup d’incursions dans la défense adverse et ils ont le talent pour finir les essais. Ils ont beaucoup de joueurs dangereux, quelques-uns sont avec le XV de France en ce moment. Si il reviennent avec un bon état de forme, ça sera un grand match. Mais comme vous dites, il faut qu’on se concentre sur notre match. Si c’est un match ouvert je serai ravi.

 

Chaque équipe a ses points forts et faibles et son propre style de jeu, mais est-ce que vous vous êtes préparé à une menace particulière?

 

Oui, c’est classique avec les équipes française: attendre l'inattendu. Ils vont jouer dans toutes les directions pour créer des décalages. ils n’aiment pas quand le jeu est statique, donc nous devons fermer les espaces et limiter les possibilités de décalages. Nous devons aussi nous méfier des touches rapides et des pénalités jouées rapidement.

 

Quel avantage vous procure le fait de jouer devant vos fans?

 

J'espère qu’on pourra faire venir de monde d’Edimbourg. Tous les habitués seront présents c’est sûr, mais j'espère qu’on pourra en réunir un maximum parce que c’est un match de coupe d’Europe. Je pense que les gens d'Edimbourg seront à nos côtés. Ce sera un avantage certain.

 

 

Si on doit retenir un seul aspect de la rencontre du 31 Mars prochain, lequel serait-il?

 

Il faut rester sur notre plan de jeu. Je pense que dans le passé on s’est tiré une balle dans le pied en essayant de jouer un jeu non structuré et en prônant un style qui n'était pas le nôtre. Si on choisit un style de jeu plus décousu, c’est là où La Rochelle sera le plus dangereux, donc nous devons respecter notre plan de jeu. Ne pas trop jouer dans notre camp et essayer le plus possible de jouer dans leur partie du terrain. Tout ce que nous avons l’habitude de faire.

 

Votre parcours est clair, si vous gagnez vous savez que le prochain adversaire sera Gloucester Rugby ou les Cardiff Blues. Dans ces moments est-il plus difficile de se concentrer sur le prochain match quand on connait ses prochains adversaires potentiels?

 

Pour être honnête je n’y est pas pensé. Nous avons un match à jouer la semaine prochaine et ce sera un grand match. On ne peut pas penser à autre chose que de battre La Rochelle, à la moindre perte de concentration ils vont nous punir. Je pense chacun de nous doit être concentré sur la tâche qu’il a à accomplir.

 

Est-il difficile de rester concentrer sur le job à faire? avez-vous des discussions entre vous du genre “On peut jouer telle équipe en demi-finale, ils jouent bien” ou est-ce difficile de garder votre concentration seulement sur votre match contre La Rochelle?

 

Je pense que ça a été dit une fois ou deux la semaine passée, sans être un sujet majeur. Toute notre attention est sur La Rochelle et ce n’est pas très difficile. Il ne faut pas oublier que nous avons d’abord un match cette semaine. Nous prenons les objectifs un par un, semaine après semaine.

 

Le weekend des finales se déroulera ici en Mai, comme nous l’avons dit, à votre avis qu’est-ce quifait du BT Murrayfield un endroit si spécial pour accueillir cet important événement du rugbyeuropéen?

 

Je pense que c’est propre à l’Ecosse, j’ai vu plusieurs matchs ici et quand les supporters sont présents en nombre, l'atmosphère est forcément spéciale. C’est un stade spécial j'espère que le soleil brillera. C’est un super endroit, un bel environnement, les fans sont très gentils. Je sais pas quoi dire de plus c’est juste un moment fantastique pour Edimbourg. Un grand moment pour la ville.

 

Le rugby écossais a connu récemment des moments très excitants durant le tournoi des six nations avec de très bons résultats. Comment cet événement, qui verra s’affronter les meilleurs clubs de rugby d’Europe peut-il aider le rugby à se développer en Ecosse?

 

J'espère que ca donnera envie à plus de monde de venir regarder et essayer de jouer au rugby. Beaucoup de nouvelles personnes ont commencé à s'intéresser au rugby depuis les bons résultats de l’équipe nationale au tournoi des six nations. C’est marrant parce que ma mère a commencé à s'intéresser au rugby après avoir assisté à un match au stade. J'espère qu'après le tournoi des six nations et notre quart de finale, plus de gens voudront nous supporter.

 

Une dernière question, en tant que joueur que ressentez-vous quand vous jouez un match de phase finale de coupe d’Europe?

 

J’en ai vraiment envie, on joue contre les meilleurs joueurs de la planète. C’est une opportunité énorme qu’il faut saisir. On est sûr d’avoir un bon match parce qu’on est entouré des meilleurs. C’est très excitant j’ai envie d’y être au plus vite.

 

Une occasion spéciale, mais elle sera plus spéciale si vous arrivez à produire un exploit sur ce terrain juste derrière vous.

 

Oui, comme j’ai dit ce sera un motivation supplémentaire pour nous. Je pense que beaucoup d’écossais seront présents si nous arrivons à hisser une équipe écossaise en finale. 

 

 

 

 

 

 

 

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?