Le rêve d’un exploit

  • Le rêve d’un exploit
    Le rêve d’un exploit
Publié le , mis à jour

 Atteindre les quarts de finale sur la scène européenne était un objectif avoué des Corréziens qui rêvent maintenant d’un printemps fort en émotions.

Les neuf sélections de Julien Ledevedec, les deux de Fabien Sanconnie ne pèsent pas bien lourds face à l’armada internationale de Bath. La composition de la formation anglaise lors de la défaite face aux Saracens le week-end dernier a de quoi effrayer : Charteris, Louw, Faletau, Fotuali’i, Ford, Banahan, Joseph, Rokodugini, Watson. Des internationaux qui ont brillé dans les meilleures équipes du monde. Alors certes, ils ne seront certainement pas tous là ce samedi pour ce quart de finale européen mais il est évident que l’effectif de Bath est taillé pour les grands rendez-vous continentaux. Le CABCL est bien placé pour le savoir puisqu’il avait été séchement battu en 2014 par cette même équipe au même stade la compétition sur le score sans appel de 39 à 7. « Ils ont beaucoup de joueurs qui font la différence, prévenait MatthieuUgalde cette semaine. Nous sommes une petite équipe, nous y allons sur la pointe des pieds. »

 

Hirèche : « kiffer tous ensemble »

Pourtant, Brive peut rêver à un exploit. Le contexte est bien différent pour cette revanche. Le mois de mars, avec trois victoires importantes face à Toulon, Toulouse, et Montpellier, a démontré que le CABCLpeut s’offrir le scalp de n’importe quelle équipe et a ouvert de nouvelles perspectives pour ce printemps qui commence. Surtout, prolonger au maximum l’aventure européenne est un objectif des dirigeants et du staff corréziens depuis le début de la saison, comme le souligne le manager Nicolas Godignon : « Lors du dernier quart de finale à Bath, nous avions une équipe mixte, avec beaucoup de jeunes joueurs espoirs qui avaient réalisé une belle campagne en Challenge Cup. Il était logique de récompenser cette équipe qui avait été performante lors de la phase de poule. Elle avait mérité de jouer ce quart de finale. Cette année, nous avons abordé cette compétition de manière différente et tous les joueurs connaissaient réellement nos intentions. Nous abordons ce quart de finale avec beaucoup de motivation et on ne s’interdit pas d’aligner notre équipe la plus compétitive. » Il n’est pas question de penser au prochain match de Top 14, même s’il s’agit du derby face à Clermont. Une phase finale ne peut se galvauder pour le capitaine Saïd Hirèche : « Nous avons bien négocié le mois de mars et j’espère que le mois d’avril va très bien commencer. Nous pouvons nous faire un beau cadeau, mais aussi à notre public, sans oublier le clin d’œil pour nos anciens qui ont remporté la grande Coupe d’Europe. Mes plus beaux souvenirs dans ma carrière, ce sont la demi-finale de ProD2 contre Aurillac et la finale à Bordeaux. On se souvient beaucoup plus des matchs de phases finales que des victoires pour le maintien. C’est un match pour continuer de rêver. Tout le monde a le sourire, tout le monde a envie de jouer. En allant gagner en Russie ou à Worcester, nous avons gagné le droit de profiter de ces moments-là. À nous de kiffer tous ensemble. »

Malgré le manque de temps pour préparer ce quart de finale, malgré un éprouvant mois de mars pour les corps, les Brivistes veulent croire à leur bonne étoile, profiter de cette confiance retrouvée pour signer un de ces exploits qui marque une équipe, déclenche des dynamiques ravageuses et fait des souvenirs pour la vie. « Ce n’est que du bonus et nous avons envie de nous offrir une belle fin de saison. Ce serait génial, reconnaît le trois-quarts centre Arnaud Mignardi. Nous n’avons rien à perdre, mais tout à gagner. »

Nicolas Augot
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?