Passe, impasse, pair, impair et manque…

  • Passe, impasse, pair, impair et manque…
    Passe, impasse, pair, impair et manque…
Publié le , mis à jour

Comme toute équipe en course pour une qualification, un maintien ou qui prépare un match éliminatoire, la question se pose sur la priorisation des matchs.  

A cinq matchs du terme de la saison, l’US Dax est à la recherche des derniers jetons pour assurer son maintien. A égalité de points avec Narbonne (51pts), les Dacquois sont en lutte avec Vannes (47 pts) et Albi (44pts) pour éviter cette maudite pénultième place. Le sort de Bourgoin étant connu de longue date, cette dernière ligne droite va offrir son lot de surprises… Les Landais sont maîtres de leur destin. Il leur faut gagner un à deux matchs pour se laisser une marge nécessaire et suffisante avec la place de réléguable. Ce constat fait, quelles alternatives se présentent au staff de l’US Dax ? Il faut appréhender trois déplacements compliqués (à Oyonnax, Montauban et Aurillac) et deux réceptions tout aussi périlleuses contre des équipes en lutte pour la qualification (Carcassonne et Mont de Marsan). 

Comme il est coutume de résonner en pareil cas, faut-il faire le choix de fameuses « impasses » ? (On entend par impasses, les choix volontaires de présenter des équipes moins compétitives pour des matchs à priori inaccessibles à l’extérieur).  Ou bien, faire le choix d’aligner la meilleure équipe possible en considérant que chaque match est une occasion de gagner à la loterie du maintien le plus tôt possible… ? Dans le premier cas, le choix tactique de laisser des titulaires au repos, au détriment d’éléments au temps de jeu moins fourni, est à deux détentes. Les joueurs impliqués dans cette « impasse » peuvent prendre cette option comme un cadeau empoisonné. Cette option peut conduire à une évidence qui veut que, face à une grosse équipe, des joueurs moins habitués à jouer ensemble, s’inclinent logiquement en préservant au passage l’intégrité physique de ceux qui sont a au repos… Mais ces mêmes joueurs peuvent aussi profiter de l’occasion pour bousculer une hiérarchie, parfois subjective. Dans ce cas, il arrive que l’effet soit double. Un favori un peu relâché par ce choix stratégique de l’impasse, qui affronte une équipe remaniée (mais animée en secret de la volonté d’exister) peut déboucher sur un résultat inattendu. Ce scénario, bien que possible, ne se vérifie pas souvent. L’impasse est une option qui implique de mettre tous les jetons sur la case « domicile ». Option rassurante et statistiquement plus payante. Néanmoins, la meilleure manière de préparer un match capital à domicile, c’est d’en réussir un très bon à l’extérieur, juste avant. Les Dacquois, plumés lors de deux déplacements douloureux à Albi et Béziers, ont redressé la barre en ramenant un jeton bonus d’Agen. C’est avec une équipe alignant neuf joueurs issus du centre de formation, qu’ils ont surpris les spéculateurs. Il s’en est suivi un match sérieux conclut par une mise victorieuse contre Perpignan. L’équipe dacquoise qui se présente à Oyonnax, a les allures d’une impasse. Pour autant, complétée par huit joueurs passés par la formation Dacquoise et des éléments revenants de blessures, cette équipe va, comme le confirme le demi de mêlée dacquois Adrien Bau « tout faire pour prendre le maximum de plaisir, sans retenues ni complexes pour réussir le meilleur match possible… » Alors, impasse ou coup de poker des dacquois ? Le croupier dévoilera ce soir si la mise sur une grosse côte a été un choix du cœur… A l’issue de la partie de ce soir, on saura si ce match restera comme une impasse dans le calendrier dacquois. Quel que soit le sort du match de ce soir, il restera quatre autres occasions aux landais de miser prudemment ou de faire tapis, pour tout perdre ou remporter le gros lot, synonyme de maintien…. 

 

Le XV de départ : Justes – Alcalde, Klemenczak, Ternisien S., Delai – Robert (o), Bau (m) – Ternisien C., Huguet, August (cap.) – Maurens, Liebenberg – Drean, Delonca, Faitotoa

Remplaçants : Firmin, David, Ceyte, Koliavu, Lesparre, Curutchet, Naqalevu, Kuparadze. 

par Laurent Travini

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?