Historique La Rochelle!

  • Historique La Rochelle!
    Historique La Rochelle!
Publié le , mis à jour

En s’imposant face à la province d’Édimbourg vendredi soir à Murrayfield (22-32), le Stade Rochelais accède aux demi-finales de Challenge Cup pour la première fois de son histoire. Une demi-finale qui se jouera dans l’antre invincible de Deflandre.

Vendredi 31 mars, 21 heures, un nouveau chapitre de l’histoire du club maritime s’est écrit. En arrivant à s’imposer face aux coéquipiers de Ross Ford, le talonneur le plus capé de l’équipe nationale d’Écosse, le Stade rochelais accède aux demi-finales de Challenge Cup pour la première fois depuis la création du club, en 1896. Ce treizième succès d’affilée des Maritimes, toutes compétitions confondues, est significatif quant à leur parcours cette saison et quant à leur détermination à jouer à 100 % le Top 14 et la Challenge Cup. Quand on pense que ce match devait servir de test, pour les futures échéances de La Rochelle en championnat, cette rencontre a finalement permis aux Jaune et Noir de confirmer, encore une fois, leur forme et la qualité de leur effectif.

 

Une victoire dans la difficulté

Pourtant, ce succès n’a pas été simple à décrocher. Avant même le coup d’envoi, l’effectif maritime a été modifié. En déclarant forfait, Zack Holmes a laissé sa place à Brock James, l’ouvreur qui a remporté la compétition européenne avec Clermont dix ans auparavant. Ce n’est pas terminé : en deuxième ligne, c’est l’Italo-Argentin, Leandro Cedaro, qui a remplacé au pied levé Jone Qovu. Mais pas de quoi déstabiliser les Rochelais... Même si les Écossais avaient à cœur de continuer, eux aussi, sur leur bonne dynamique dans la compétition européenne, ils ont dû se heurter à la suprématie maritime. Encore une fois, le Stade rochelais a mis fin aux rêves des autres pour accomplir le sien. Malgré une bonne entame de match, à l’image de ces deux essais de Jérémie Maurouard marqués, tous les deux, sur maul après touche, le Stade rochelais s’est tout de même fait peur. S’ils sont rentrés aux vestiaires avec 14 points d’avance (12-26), les Écossais leur ont tout de même infligé un 15-0 en une demi-heure. Les joueurs de Charente-Maritime ont eu du mal à imposer leur jeu, leur vitesse, leur style mais ils ont su compter sur la vivacité d’Arthur Retière, qui a mis à mal la défense d’Édimbourg à plusieurs reprises. Mais aussi sur Victor Vito ou encore sur le retour dans l’effectif du troisième ligne international Kevin Gourdon. Sans oublier un Jason Eaton, imparable dans les airs, et un Brock James qui a pesé sur la partie… Mélangez le tout et vous aurez une équipe qui fait de chaque rencontre un défi à remporter. Au terme de ce quart de finale, les hommes de Patrice Collazo se sont ainsi imposés sur le score de 22-32. Une victoire pas si facile à décrocher comme le reconnaît d’ailleurs Brock James : « On a bien débuté la rencontre mais on a toujours eu conscience qu’Édimbourg pouvait revenir. On a essayé de rester calmes jusqu’au coup de sifflet final. » Les Rochelais avaient certainement en tête la « remontada » réussie par ces mêmes Écossais, le 10 décembre face au Stade français comme en témoigne directement Jason Eaton : « La préparation de ce match n’a pas été simple avec un forfait vendredi, un autre à l’échauffement, ça nous rend encore plus heureux d’avoir gagné ce match. D’autant plus qu’on savait qu’ils pouvaient revenir au score, ils l’avaient déjà fait face au Stade français (28-23). » Prochaine étape : la demi-finale à Marcel-Deflandre face à Gloucester.

 

Revoir Gloucester... en attendant Murrayfield

Le Stade rochelais a dû attendre samedi soir pour connaître son futur adversaire Et autant dire qu’ils vont affronter une équipe qu’ils connaissent bien... En s’imposant face aux Cardiff Blues, 46-26, le club anglais de Gloucester est lui aussi qualifié pour les demi-finales. Ils se déplaceront au stade Marcel-Deflandre dans quelques semaines, ce même stade où ils s’étaient déjà inclinés le 17 décembre dernier face aux hommes de Patrice Collazo (42-13). Ces deux équipes vont se rencontrer pour la troisième fois cette saison et il y aura comme un air de revanche qui planera dans le camp des Cherry and White. Juste après avoir validé leur ticket pour les demi-finales, les Rochelais rêvaient déjà de revenir fouler la pelouse de Murrayfield, pour la finale, mi mai : « C’est un moment historique pour le club et on adorerait maintenant revenir à Murrayfield lors de la finale», déclarait ainsi l’ouvreur Brock James. Mais avant ça, il faudra confirmer son invincibilité à domicile face à l’équipe de Gloucester... Un adversaire contre qui les Maritimes ont concédé leur dernière défaite, le 8 décembre 2016.

 

Par Jessica Fiscal

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?