Du sang frais

  • Du sang frais
    Du sang frais
Publié le , mis à jour

Véritable finale pour s'assurer son maintien en Pro D2, Soyaux-Angoulême se doit de s'imposer contre les Agenais, deuxièmes. Pour se faire, le staff Angoumoisin a pu constater le retour de certains hommes clés. 

Match crucial ce vendredi contre des Agenais qui jouent la première place. Mais une victoire angoumoisine et la question du maintien ne se poserait plus. Pour ce faire Julien Laïrle et son staff ont donc décidé d’apporter du sang frais.

C’est ainsi que Bousquet fait son retour en première ligne, Gay et Wognistch en deuxième ligne tout comme Kruger ainsi que Sutiashvili en troisième ligne. Enfin Pilet et Labadie reviennent aux ailes.

Et puis il y a des hommes frais qui reviennent de longues blessures. Comme le capitaine de l’année passée Romain Mareuil qui disputera son troisième match et l’arrière Guillaume Laforgue de retour après deux mois d’indisponibilité. Certes certains manqueront peut-être de rythme compte tenu du manque de compétition mais ils apporteront leur fraîcheur.

Ce que confirmait Guillaume Laforgue en conférence de presse mercredi après-midi. « Après deux mois passé à l’infirmerie, je me sens frais et prêt. J’espère apporter un plus avec ma fraîcheur surtout que l’on traverse une période plus difficile. C’est pourquoi on va avoir besoin de notre public qui nous a soutenu toute la saison ». 

Sauf que certains, qui pensent être supporters mais le sont-ils vraiment, se sont lâchés sur les réseaux sociaux après la défaite face à Vannes. « Personnellement j’en fait abstraction », commente Guillaume Laforgue. Des commentaires quelques peu acerbes qui font réagir Romain Mareuil. « La critique, explique-t-il, elle peut faire avancer. Et elle est intéressante si elle est positive. Tout dépend de qui elle vient et comment c’est formulé. Si elle est gratuite, elle ne nous sert pas à avancer. Mais au-delà de ça, en ce qui me concerne, physiquement je me sens bien après ces trois matches ».

C’est pourquoi Julien Laïrle apporte des précisions. « Je pense que sur le plan sportif, c’est quand même nous les mieux placés pour analyser les choses et tenter d’apporter des solutions. Mais si un gourou providentiel vient et peut remettre sur pied douze blessés, on est preneur. Quoiqu’il en soit, on continue à travailler plus sur la régénération des joueurs et sur des aspects tactiques. Ceci dit le SAXV est le plus performant quand il a une épée de Damoclès au-dessus de la tête ».

Mais le SAXV a aussi son destin entre ses mains. Aujourd’hui il ne dépend pas forcément des résultats des autres. Par contre comme le soulignait le manager général « il va falloir jouer quatre-vingts minutes avec les mêmes valeurs que face à Mont-de-Marsan ».  

par Jean-François Chrétien

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?