Phélipponneau : « C'est à Vannes que je suis devenu joueur de rugby »

  • Phélipponneau : « C'est à Vannes que je suis devenu joueur de rugby »
    Phélipponneau : « C'est à Vannes que je suis devenu joueur de rugby »
Publié le , mis à jour

Sa modestie n'a d'égal que son courage sur le pré. Morgan Phélipponneau s'est contruit à Vannes. Avec patience et conviction. A 27 ans, de nouvelles perspectives sportives s'ouvrent à lui à Agen qui lui a fait les yeux doux pour la saison prochaine. Rencontre avec un gentil garçon, pétri de qualités et où l'humain passe avant toute chose.

Morgan, comment analysez-vous votre saison, la première en Pro D2.

Il y a beaucoup de choses positives. D'abord le fait d'avoir eu autant de temps de jeu. En début de saison, j'avais quelques doutes sur mon niveau. J'étais un bon joueur de Fédérale 1, mais allais-je passer le cap de la Pro D2 ? J'ai moins joué qu'en F1, mais la concurrence était aussi beaucoup plus grande avec des garçons de grande qualité et la répétition des matches obligeait à des pauses. Cette saison a été difficile car j'ai eu beaucoup de temps de jeu.

 

Comment l'avez-vous géré ?

En Fédérale 1 j'avais pris pour habitude de me rajouter du travail supplémentaire. Mais cette saison c'était d'abord la recherche de pauses pour soigner les petits bobos. Cette saison je n'en ai jamais eu autant d'ailleurs depuis que je joue.

 

Vannes a montré sa force au niveau des avants. Comment expliquez-vous que personne, hormis Mont de Marsan à l'aller, ne soit parvenu à vous faire reculer sur les mêlées fermées ?

Cela s'est effectivement souvent bien passé. Il y a toujours eu une belle cohésion entre nous. Physiquement nous étions toujours prêts malgré l'enchaînement des matches.

 

Avez-vous connu une ou des déceptions en cours de saison ?

Oui. J'ai très mal véçu mon carton rouge contre Narbonne au match aller. Cela coincidait aussi avec la première défaite de l'équipe à domicile. Même si la commission de discipline a trouvé au final la décision sévère et m'a donc quelque part réhabilité, j'ai été meurtri au fond de moi car j'ai culpabilisé.

 

Vous avez eu le sentiment de payer cette faute en jouant moins ?

Bien que blanchi quelque part par la commission de discipline, certains propos m'ont blessés comme ceux qui légitimaient ce carton. Mais c'était aussi parce que d'autres joueurs se sont révélés, comme Eric Fry ou Archi Bzihashvili qui sont excellents. Dès lors c'était logique que mon temps de jeu diminue, alors même que nous avons commencé à plonger avec une série de défaites. Tout ceci se bousculait un peu dans ma tête.

 

Vannes restera seulement une étape dans votre carrière ?

Oh non ! Vannes m'a donné ma chance. Je ne pensais pas m'accrocher autant que cela à ce club, même si je suis quelqu'un qui marche à l'affect. J'aurai véçu de très belles saisons à Vannes. Avant, je jouais au rugby. Mais c'est ici en Bretagne, à Vannes que je suis devenu un vrai joueur de rugby. J'ai vraiment envie de laisser derrière moi une équipe de Vannes en Pro D2. J'ai envie de faire les choses bien.

par Didier Le Pallec

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?