Bayonne coule face au Stade Français

  • Bayonne coule face au Stade Français
    Bayonne coule face au Stade Français
Publié le

Menés 10-3 à la pause, les Bayonnais ont sombré dans le second acte et s’inclinent 32-16. 

Une température estivale, un beau soleil et un stade Jean Dauger bien garni. Tout était réuni pour assister à une belle rencontre entre le 12ème et la lanterne rouge de ce Top 14. Et la proximité au classement allait rapidement se faire ressentir sur le terrain. On assistait à une première mi-temps hachée, avec beaucoup de déchets. Les Bayonnais, relativement indisciplinés dans ce premier acte, étaient mis en difficulté par des Parisiens bénéficiant d’un Djibril Camara en grande forme. Les rares beaux enchainements ciel et blanc étaient à mettre au compte de Baptiste Chouzenoux. Les Parisiens, de leur côté, dominés en mêlée fermée et maladroits, avec sept en avants dans le premier acte, ne parvenaient pas à convertir leur domination territoriale. On se retrouvait donc avec un score de parité, 3-3, jusqu’à ce que Bonneval trouve la faille dans la défense ciel et blanche, juste avant la pause, pour permettre aux joueurs de la capitale de mener 10-3.

Bayonne revenait en deuxième mi-temps avec l’intention de jouer dans le camp adverse, ce qui s’était peu produit durant les quarante premières minutes. Après deux pénalités consécutives contre les coéquipiers de Pascal Papé, Bustos Moyano ramenait le score à 6-10, avant que Sékou Macalou, dans la foulée, ne vienne enfoncer Bayonne sur un essai litigieux, validé après arbitrage vidéo. Les Bayonnais semblaient touchés, pas encore coulés. D’autant plus que le buteur Bayonnais remettait son équipe dans la course à la 54e (9-15). Mais c’était avant l’essai de Waisea (lire plus bas) qui éteignait pour de bon Jean Dauger. Celui de Grégory Arganèse à la 68e ne venait qu’atténuer l’écart. Bonneval, à une minute de la fin, venait bonifier la victoire de son équipe et, par la même occasion, faire toucher le fond, pour de bon, à l’Aviron. 

Le fait du match : L’essai de Waisea à la 59e

Alors que Paris vient de commettre sa sixième faute du second acte, Ross écope d’un carton jaune pour un plaquage haut. Bayonne dispose alors d’une touche à 5 mètres de l’en-but adverse. Le ballon est bien capté par Monribot, mais les ciel et blanc le perdent en suivant. Un contre est initié petit côté, Zurabi Zhvania tape loin devant, Arias met la pression à la course et Bustos Moyano manque totalement son dégagement. Clément Daguin, fraichement entré en jeu, a bien suivi. Il s’empare du ballon, le transmet à Danty, qui passe à hauteur à Waisea arrivé lancé. Le centre francilien file dans l’en-but et anéanti les derniers espoirs Bayonnais.

L’essai du match : Le premier de Bonneval

Le premier essai Parisien. On dispute une mêlée sur les 22 mètres Bayonnais. Julien Dupuy extrait le ballon et le transmet à Djibril Camara venu s’intercaler dans la ligne. L’ailier Parisien profite d’un écran pour désaxer sa course, passer le ballon à Steyn. Le décalage fait, l’ouvreur n’a plus qu’à délivrer une offrande à Bonneval qui file dans l’en-but. 

L’homme du match : Sékou Macalou

La palme aurait pu revenir à Hugo Bonneval, auteur d’un doublé et performant en attaque. Mais on retiendra la performance de Sékou Macalou. Il fut auteur d’un essai litigieux, sur lequel il a pu montrer sa vitesse pour rallier les quarante mètres le séparant de l’en-but. Il fut également le Parisien le plus actif en touche, avec quatre prises, pendant que son équipe a peiné dans ce secteur. 

Les meilleurs 

À Bayonne : Choirat, Chouzenoux, Laveau 

Au Stade Français : Papé, Macalou, Camara, Waisea, Bonneval 

Par Pablo Ordas

 

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?