Lions Britanniques : Une deuxième ligne à la recherche de l'alliage parfait

  • Lions Britanniques : Une deuxième ligne à la recherche de l'alliage parfait Lions Britanniques : Une deuxième ligne à la recherche de l'alliage parfait
    Lions Britanniques : Une deuxième ligne à la recherche de l'alliage parfait
Publié le , mis à jour

Le 19 avril prochain, Warren Gatland annoncera la liste des 45 joueurs retenus pour la tournée des Lions Britanniques et Irlandais. D'ici là, nous vous proposons de retrouver les forces en présence ligne par lignes. Deuxième épisode ce mercredi avec la deuxième ligne.

Warren Gatland et son staff où l'on retrouve le patron de la touche anglaise Steve Borthwick ont indéniablement l'embarras du choix qui s'offre à eux au poste de deuxième ligne. Et toutes les nations britanniques ainsi que les Irlandais ont de solides arguments à faire valoir. Des profils plus aériens et mobiles dans le jeu courant aux véritables tracteurs en mêlée fermée, le mélange et l'association des genres pourrait faire des dégâts. Face à la paire All Black championne du monde et référence mondiale Retallick – Whitelock, l'abondance de biens ne nuira pas. Revue d'effectifs.

Chez les deuxième ligne, nous avons répertorié comme pour la première ligne cinq titulaires potentiels.

 

Maro Itoje

Plus besoin de le présenter, à 22 ans, le natif de Camden d'origine nigériane survole les débats depuis maintenant deux saisons. En 12 sélections avec l'Angleterre, Maro Itoje a déjà remporté deux fois le Tournoi des Six Nations dont un Grand Chelem en 2016. Avec son club des Saracens, il est champion d'Angleterre en titre et champion d'Europe. Cette année, le joyau de la Couronne a disputé le Tournoi des Six Nations au poste de troisième ligne aile. Car oui, Itoje est un deuxième ligne qui peut aussi reculer d'un cran. Très adroit de ses mains, à la fois puissant et aérien, c'est un véritable poison dans le contest au sol et récupère souvent un ballon par match. Seul petit bémol à mettre sur le compte de sa jeunesse et de sa fougue : il peut parfois se mettre à la faute de manière répétée (sept fois pénalisé durant le dernier Tournoi). Son affrontement avec les Néo-Zélandais promet quand même.

Crédit vidéo : BsporTv

 

Alun Wyn-Jones

Le papa de la deuxième ligne. Du haut de ses 31 ans, le capitaine du Pays de Galles sera à n'en pas douter un des hommes de base de Warren Gatland. Ferrailleur au possible, dur au mal, poutre en mêlée fermée, l'homme aux 110 sélections avec le XV du Poireau sort d'un Tournoi réussi. Face à l'Irlande (victoire 22-9), il a notamment sorti un match colossal symbolisé par 18 plaquages et 1 turnover remporté. Sa blessure à l'épaule face à la France lors du dernier match le tient éloigné des terrains pendant six semaines. Mais il sera rétabli à temps pour motiver les troupes comme en 2013 face à l'Australie. Il fait naturellement partie des favoris pour le poste de capitaine.

Crédit vidéo : The British and Irish Lions

 

Jonny Gray

Dans la famille Gray, demandez le cadet. Après le grand frère Richie qui avait eu l'honneur d'être appelé par Gatland en 2013, cette fois-ci ce devrait être au tour de Jonny d'être de la fête. Le deuxième ligne des Glasgow Warriors réputé plus pousseur en mêlée fermée se distingue également par un abattage impressionnant dans les tâches défensives. 27 plaquages face à l'Irlande cette année (au côté des 23 de l'aîné), 15 face à la France, Jonny Gray est souvent le premier plaqueur de son équipe. Alors que les Lions tenteront de casser les offensives des magiciens noirs, il pourrait avoir son utilité. C'est également un joueur qui sait se montrer altruiste, en témoignent son nombre de passes par match. En 33 sélections, il est devenu un élement majeur du XV du Chardon. À 23 ans, son trop plein d'envie symbolisée par une indiscipline parfois forte comme Itoje peut aussi le desservir.

 

Joe Launchbury 

Le capitaine des Wasps est un sacré client. Après la déception de la Coupe du monde 2015, Launchbury a su se remettre en question et franchir un cap. Titulaire indiscutable lors du dernier Tournoi des Six Nations, l'Anglais s'est signalé par des statistiques ahurissantes : 85 plaquages en cinq rencontres, record chez les deuxième ligne, 21 mètres gagnés face à l'Écosse, 58 mètres face à l'Italie. Launchbury a logiquement terminé dans le XV type du Tournoi de la rédaction de Midi Olympique. À 26 ans, le joueur est déjà un Lion dans l'âme.

Crédit  vidéo : BsporTV

 

Iain Henderson 

Ce pourrait être la petite surprise de la liste. Petite car le géant nord-irlandais d'1,98m, originaire de Craivagon sort lui aussi d'un Tournoi réussi. Alternant comme Itoje entre la deuxième ligne et la troisième ligne aile, le joueur de 25 ans et aux 32 sélections avec le XV du Trèfle, a marqué les esprits lors de la confrontation décisive face à l'Angleterre. Un essai, 12 plaquages réussis, aucun manqué, une passe après contact, Henderson a ruiné les espoirs de Grand Chelem des hommes d'Eddie Jones.

Crédit vidéo : TheBoss IsWatching

 

Les outsiders : Donnacha Ryan, Devin Toner, Richie Gray, Jake Ball, Courtney Lawes, Luke Charteris.

 

L'inconnue: George Kruis

Absent du Tournoi des Six Nations 2017 en raison d'une blessure au genou, George Kruis est sur le point de faire son retour avec les Saracens. Grand artisan avec son compère Itoje du Grand Chelem 2016 en sélection nationale et des titres nationaux et européens en club, Kruis a peu de références cette saison mais il n'en reste pas moins un sacré joueur. Gatland devra trancher dans une semaine, Kruis a un week-end pour se montrer à la hauteur.

 

Par Enzo Diaz

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?