• Lille, à la recherche du doublé
    Lille, à la recherche du doublé
Publié le / Modifié le
Compétitions

Lille, à la recherche du doublé

Les Lilloises, championnes de France, entamment leur phase finale dimanche à Toulouse. 

Les Lilloises participeront dimanche à la grande journée du rugby toulousain. Au milieu de la demi-finale de top 8 d’un côté entre Blagnac et Montpellier, et de l’autre le match de Top 14 au stadium entre Toulouse et le Racing 92, elles seront à Ernest-Wallon (18 heure) contre les Toulousaines, pour la première manche de leur demi-finale. Championnes de France en titre, premières du classement national à l’issue de la phase préliminaire, et deux fois vainqueur des Toulousaines cette saison, elles partent dans l’absolu avec les grandes faveurs des pronostics. « Mais pas tout à fait tout de même, tempère leur entraîneur Damien Couvreur. Cela fait bien longtemps que le Top 8 n’avait pas été aussi serré. Les Toulousaines ont tiré leur épingle du jeu et montent en puissance dans cette compétition. Elles ont arraché leur qualification sur la dernière journée, ce qui montre leur détermination. Et les circonstances de cette partie relativise encore davantage notre supériorité supposée. »

 

Exit les joueuses du VII

Contrairement aux garçons, dont les doublons entre les matchs de championnat et les échéances internationales sont réservés à la phase régulière, ce top 8 féminin marche un peu sur la tête en programmant ses demi-finales pendant une fenêtre de rugby à VII. Ainsi la joueuse du « VII de France » Chloé Pelle sera au Japon. Elle sera la seule représentante des équipes demi-finalistes. L’encadrement lillois a aussi le tort de débaucher des internationales belges. Margaux Lally et Sytske D’Halseir sont revenues mercredi de leur périple à Honk-Kong. Elles ne seront pas sur la feuille non plus. Du côté des blessées, la grande Romane Ménager s’est fait mal contre Bobigny et sa présence a été déclarée incertaine. Gina Di Muzzio (coude) et la jeune Gabrielle Vernier (épaule), qui est montée dans la hiérarchie en s’imposant à l’ouverture en équipe de France des moins de 20 ans, devraient manquer. Ce qui ne réduit pas tout à fait les capacités de ce collectif. Les Lilloises ont beaucoup fait tourner leurs joueuses durant toute la saison. Elles semblent parer à toutes les éventualités. En récupérant la pilier internationale Hélène Ezzaro, qui avait décidé au mois de décembre, de sortir de sa retraite dans laquelle elle venait à peine de se jeter, elles ont pu compter sur une force très expérimentée inattendue. Et les repères acquis en matière de préparation de ces échéances couperets - 6e demi-finale de suite - doit les préserver des chausse-trappes. Les lilloises ont profité de la longue coupure du Tournoi des 6 Nations pour peaufiner leur collectif. Seulement quatre de leurs joueuses y ont participé. Les vingt-cinq autres se sont retrouvées pour de multiples séances. Elles ont disputé des matchs en amical contre le Sade français et les seniors de leur club, une équipe d’Honneur. Ce qui explique une reprise de compétition très réussie. Elles se sont aussi retrouvées le week-end dernier pour deux jours de stage, une préparation stratégique spécifique à leurs adversaires toulousaines. Elles ne sont pas au complet, mais elles ont les cartes en main. 

par Guillaume Cyprien

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir