Darricarrère : « Il va falloir se lâcher et être juste »

  • Darricarrère : « Il va falloir se lâcher et être juste »
    Darricarrère : « Il va falloir se lâcher et être juste »
Publié le

Avant la rencontre contre Colomiers, et à trois journées de la fin du championnat, l’entraineur Biarrot évoque les clés de ce sprint final. 

Vous vous déplacez à Colomiers, en ayant besoin de points pour la qualification…

On entame nos phases finales à nous. Biarritz va se déplacer deux fois et a le calendrier le plus défavorable par rapport aux concurrents directs. Mais ça met un peu de pression sur eux, parce qu’on sait très bien que, quand on reçoit une équipe qui fait partie du top 5, on se met un peu plus la pression. Mes garçons l’auront sur le contenu, les concurrents sur le résultat.  

 

Sentez-vous un engouement supplémentaire ces derniers temps ?

Bien sûr ! Mais on est allé se le chercher, par nos prestations, nos contenus, notre état d’esprit. Ça fait qu’aujourd’hui, les garçons veulent participer à ces trois derniers matchs et donnent tout au niveau de la concentration, du sérieux, tout en gardant un état d’esprit de camaraderie. Et ça, je reste persuadé que ça pourra nous tirer vers le haut sur les trois derniers matchs. 

 

Les équipes sont très proches. Sur quoi peut se jouer la qualification ?

On peut parler de la conquête, du buteur, mais ça c’est toute la saison… Moi, je pense que c’est l’équipe qui arrivera à produire le plus de jeu, à se lâcher le plus possible dans un rugby de mouvement. Physiquement, on est tous sur le même plan.

 

Ça veut dire que vous ne comptez pas restreindre les ambitions de jeu ?

À aucun moment. On les a restreintes quand il a fallu, notamment cet hiver où les conditions étaient plutôt difficiles, où le BO était un peu dans le dur physiquement. Les joueurs ont essayé de moins s’exposer. Aujourd’hui, on a déjà vu contre Oyonnax que pour battre des grosses équipes, il fallait mettre du rythme. C’est ce sur quoi on s’est attaché à travailler depuis quinze jours, en n’oubliant pas les fondamentaux que sont la conquête et la défense. Si nous arrivons à mettre du rythme et être cohérents dans ce que nous faisons, je pense qu’on peut prendre du plaisir.

 

N’est-ce pas compliqué de se lâcher dans ces matchs ?

Non, au contraire. De toute façon, maintenant, je suis plus sur la cohérence et l’alternance que sur le fait de se recroqueviller. Je pense qu’en travaillant, en faisant les choses avec justesse et en étant propre techniquement, on peut vraiment se donner le droit de se lâcher et de mettre du rythme dans un match.

Propos recueillis par Pablo Ordas

 

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?