L'Usap déroule, Angoulême dérouille

  • L'Usap déroule, Angoulême dérouille
    L'Usap déroule, Angoulême dérouille
Publié le , mis à jour

Face à un XV Charentais décimé par les blessures, les Catalans n'ont eu aucun mal à décrocher un point de bonus offensif (36-7) qui les replace dans la course à la qualification. Qu'on se le dise, les Sang et Or sont de retour.

Résumé :

D'emblée, l'Usap domine en mêlée et sur les impacts, et même si elle concède des pénalités, elle commence à mettre la main sur le match. Une domination qui se concrétise quelques minutes plus tard par l'essai de Mafi, bien venu à hauteur de Carlisle qui le sert après contact. Les Catalans, sans forcer, n'ont ensuite eu aucun mal à occuper le camp adverse grâce au véritable calvaire vécu par l'alignement charentais qui a perdu cinq lancers de suite. Une déroute qui a conduit le manager Julien Laïrle a remplacer précocément son talonneur Coquard et son pilier Tavberidze à la demi-heure de jeu. Réduits à quatorze en raison du carton jaune donné à Kruger pour anti-jeu, les Charentais ont continué de subir. Bien déterminés à « tuer » le match le plus rapidement, les Catalans n'ont pas pris les points une seule fois en première mi-temps, et on bien failli marquer le troisième essai synonyme de bonus offensif juste avant la pause. Au retour des vestiaires, les Usapistes n'ont pas relâché leur étreinte, et se sont installés d'emblée dans le camp adverse. Face à un pack angoumoisien décimé par les blessures, les Catalans ont poursuivi leur entreprise de démolition du huit de devant adverse en mêlée fermée. Ledit bonus a fini par tomber à la 44ème minute, avec un nouvel essai de l'ailier catalan Acébès. Puis vint celui de Ratini (lire ci-dessous), puis un autre d'Acébès pour un triplé de l'ex-Gersois, qui quitta le terrain sous l'ovation d'Aimé Giral. Les Charentais ont eu beau changer leur troisième ligne d'un coup, rien n'y a fait. Ils sont restés acculés dans leur 22 mètres, et ont fini par encaisser un sixième essai peu après l'heure de jeu, marqué par le pilier remplaçant Joe Jones. Les Charentais ont fini par sauver l'honneur en marquant un essai par Bolakoro sur leur unique intrusion dans le camp catalan en seconde période.

 

L'action :

Certes, le public d'Aimé Giral s'est levé pour saluer la sortie de l'ouvreur anglais Joe Carlisle, encore excellent vendredi soir. Mais la plus belle action est à attribuer à l'ailier Alipate Ratini, qui a pris de vitesse toute la défense charentaise à la 49ème minute. Superbement servi sur un pas par Enzo Selponi qui venait d'entrer en jeu, Ratini fit feinte de passer à son coéquipier le long de la touche, avant d'accélérer pour déposer son défenseur intérieur. Il sprinta et effaça le dernier défenseur charentais pour inscrire le quatrième essai catalan.

 

L'homme du match : Enzo Selponi

Ils auraient été plusieurs, côté catalan, à se partager ce titre honorifique. Comment ne pas citer l'ailier Acébès, auteur d'un triplé ? Ou encore l'ouvreur Joe Carlisle, irréprocahble vendredi soir ? Mais nous retiendrons le jeune ouvreur Enzo Selponi, auteur d'une entrée peline de classe et de justesse qui redonna un coup de fouet à l'attaque catalane et qui mit un terme à la série d'échecs dans l'exercice des tirs aux buts.

 

Les meilleurs:

À Perpignan : André, Vilaceca, Chalureau, Tomascyk, Carlisle, Mafi, Ratini, Acébès.

À Angoulême : Kruger, Solofuti, Taleaga.

Simon Valzer
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?