La voix « ruck » du Leinster

  • La voix « ruck » du Leinster
    La voix « ruck » du Leinster
Publié le , mis à jour

Toujours déterminant dans les affrontements franco-irlandais, le jeu au sol s’annoncera encore crucial dimanche, où l’ASMCA devra absolument empêcher le Leinster d’évoluer à son rythme.

C’est un peu la tarte à la crème de chaque affrontement franco-irlandais. N’empêche qu’après chaque défaite des Bleus ou de n’importe quelle équipe tricolore face aux représentants de la verte Erin, la leçon revient, immuable : parfois plus agressifs, souvent mieux organisés et toujours plus techniques, les Irlandais donnent systématiquement la leçon aux Français dans les phases de ruck. Un secteur d’autant plus essentiel dans l’optique du match de dimanche que, pour tous les adversaires de Clermont dans l’Hexagone, il s’agit d’un secret de Polichinelle : l’unique manière de faire déjouer l’ASMCA consiste à gripper sa belle mécanique dans les phases de ruck. Les Montpelliérains puis les Brivistes n’ont pas procédé différemment pour l’emporter récemment à Marcel-Michelin, profitant il est vrai d’un investissement moindre des Auvergnats dans le secteur du combat, ces derniers ayant à chaque fois un rendez-vous européen en tête…

Prendre le Leinster à son propre piège

Toutefois, s’il paraît acquis que les Clermontois ne manqueront pas du degré d’engagement nécessaire sur la pelouse de Gerland, la seule agressivité ne suffira pas pour remporter la bataille du jeu au sol. « La victoire ira à l’équipe qui parviendra la première à jouer dans le bon tempo, à trouver de rythme et de la continuité, témoignait dans la semaine l’ancien centre auvergnat Jonathan Davies. Les Clermontois sont particulièrement difficiles, voire impossibles à arrêter lorsqu’ils parviennent à s’octroyer des sorties de balles rapides, notamment lorsque leurs avants parviennent à trouver de l’avancée dans l’axe. » Le problème ? C’est que pour cela, les Clermontois devront résoudre la problématique de consommer le moins de joueurs possible tout en obtenant des sorties rapides, afin d’obliger les Irlandais à se resserrer autour des rucks. Tout sauf évident, sachant que ces derniers excellent dans l’art de ralentir les phases de plaqueur-plaqué sans commettre de faute, pour mieux se donner le temps du replacement. Voilà pourquoi les Clermontois devront chercher à prendre les Irlandais à leur propre jeu, avec des « déblayages longs » visant à ouvrir la porte dans l’axe à leurs partenaires, pour générer la meilleure dynamique d’avancée possible...

La clé des « contests »

Toutefois, au-delà de l’attaque, la clé du match résidera surtout pour les Clermontois lorsqu’ils ne posséderont pas le ballon. En effet, lors du quart de finale, les Wasps s’étaient « suicidés » à vouloir reconstituer en permanence leur premier rideau, sans chercher à ralentir les ballons dans les rucks. Or, malgré l’absence probable de leur meilleur élément Sébastien Vahaamahina dans l’art des contests, les Clermontois devront absolument chercher à « mettre les mains » dès que possible pour gripper le jeu irlandais. « Le Leinster n’aura une chance que s’il parvient à faire courir le lourd pack clermontois, témoignait Davies. Du temps de sa domination en Europe, le Leinster était une des meilleures équipes pour dessiner des phases de jeu sur deux ou trois temps de jeu. Ils sont en train de revenir à cela. Ils auront forcément identifié des failles dans la défense de Clermont et auront cherché à établir des mouvements pour les attaquer. S’ils parviennent à le faire avec de la vitesse et de la précision, il ne leur faudra pas beaucoup d’occasions pour marquer car ils gâchent rarement leurs opportunités. » Mais si Clermont parvient justement à ralentir ces premières sorties de balles, on ne donnera alors pas cher des chances du Leinster. Charge alors aux Lamerat, Rougerie, Lee, Lapandry et consorts de se retrousser les manches. Et surtout de bien se gainer..

Léo Faure
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?