Un pas de plus vers le sommet

Publié le , mis à jour

Il reste trois matchs aux Montois pour s’assurer d’une place en demi-finale. Face à Aurillac, il s’agira avant tout de ne pas dilapider l’avance prise sur la concurrence.

Encore un petit effort et l’objectif sera atteint. C’est ce que doivent se dire les Montois depuis leur victoire bonifiée à Bourgoin (56-14), qui les a placés dans une position idéale dans l’optique d’une demi-finale à domicile. Les hommes de Christophe Laussucq ont leur destin en mains : deux victoires à Guy-Boniface face à Aurillac et Biarritz devraient suffire à leur bonheur. Entre-temps, il y aura un court déplacement à Dax qui peut, qui sait, rajouter une cerise sur le gâteau. Quand on sait qu’en cas d’égalité avec Colomiers, Montauban ou Perpignan le goal-average particulier leur est favorable, les Landais ont tous les atouts pour se retrouver une sixième fois aux rendez-vous du printemps après 2008, 2011, 2012, 2015 et 2016 et deux passages en Top 14 dans l’intervalle. Une sixième participation qui installerait encore un peu plus le club jaune et noir dans le Top 20 hexagonal. Mais on n’en est pas encore là, et les hommes de la préfecture ne regardent pas plus loin, pour l’instant, que le bout de leur nez, leurs esprits totalement tournés vers le rendez-vous crucial qui les attend ce dimanche avec des Cantaliens les ayant privés, l’an passé, d’une finale à Ernest-Wallon. Car les Montois ont à résoudre une double équation avant cette confrontation.

Un test grandeur nature

Les coéquipiers de Julien Tastet sont-ils capables de rester sur la dynamique actuelle, qui leur a permis d’engranger quatre victoires, dont trois bonifiées, lors des cinq dernières journées ? S’ils sont aussi performants en conquête, aussi solides défensivement et que leur ligne d’attaque continue d’élever son niveau comme elle le fait depuis quelques semaines, ils devraient arriver à leurs fins, malgré une équipe d’Aurillac toujours dangereuse. L’autre interrogation tient d’ailleurs à l’état d’esprit qui habitera Maxime Petitjean et ses camarades lorsqu’ils pénétreront sur la pelouse montoise. Ont-ils encore en tête une possible qualification qui semble très improbable et tiendrait du miracle, ou se déplaceront-ils pour le plaisir du jeu et la volonté de rester dignes jusqu’au bout de leur statut de dernier finaliste de l’exercice ? On pencherait plutôt pour la seconde option, ce qui ne fera pas d’eux, loin s’en faut, des opposants plus dociles. On connaît en effet la capacité des Cantalous à mettre du volume dans leur rugby, en tenant le ballon jusqu’au point de rupture de l’adversaire. L’annonce récente du départ de leur entraîneur Jérémy Davidson pour les lumières du Top 14 peut être aussi de nature à insuffler au groupe ce supplément d’âme qui lui a parfois manqué cette saison en déplacement, même si à Colomiers, un autre prétendant, le Stade Aurillacois était à deux doigts de réussir l’exploit. De quoi laisser les Montois, qui ne peuvent se permettre le moindre faux pas, en situation d’extrême vigilance. Clairement, l’affiche de ce dimanche est bien un test grandeur nature pour les Jaune et Noir en prévision d’une fin de saison que le peuple montois attend avec gourmandise.

Crédit photo : DR

Par Pierre Baylet

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?