Segonds passe en première

  • Segonds passe en première
    Segonds passe en première
Publié le

Pour le match face à Mont-de-Marsan, Joris Segonds va connaître sa première titularisation avec Aurillac. 

Joris Segonds, c'est une petite pépite qui ne demande qu'à s'exprimer parmi les grands. Il est le titulaire indiscutable à l'ouverture en Espoir où Thomas Dubourdeau, qui pourtant a fait quelques piges en pro pour suppléer Maxime Petitjean en numéro 10, lui laisse la place pour retrouve son poste naturel de centre.

Aujourd'hui, Joris (1,80 m pour 91 kg) va faire ses grands débuts avec les grands, les pros, tout comme Giorgi Sharashidze à la pile droite d'ailleurs. Du haut de ses 20 ans, lui qui a déjà fait quatre minuscules apparitions en Pro D2 est « impatient d'être à dimanche. Je suis stressé et content à la fois, avoue-t-il. Je suis le plus jeune de l'effectif et à ce titre Jeremy (Davidson) et Thierry (Peuchlestrade), m'avait dit que pour être titulaire cela allait être compliqué pour jouer. Après, quand je vois tous les 96 (Fajfrowski, Salles et Bouyssou notamment) qui ont fait quelques matches, cela donne envie d'y goûter ».

Avec ce baptême du feu à Mont-de-Marsan, qui joue pour une demi-finale à la maison, et dans une équipe aurillacoise où la jeunesse a été privilégiée (pas moins de six Espoirs), Joris sait que « cela va piquer. J'en connais quelques uns derrière qui ont joué ici. On sait que cela va être compliqué de toute façon ».

Pour ses débuts, Joris va pouvoir compter sur les conseils de Paul Boisset à ses côtés, à la mêlée. « C'est un cadre de l'équipe, le capitaine avec pas mal de matches en Pro D2. Si j'avais du débuter avec Hugo (Bouyssou qui sera sur le banc), cela aurait fait une charnière un peu jeune quand même, lâche-t-il avec le sourire. Moi maintenant je me sens prêt. Et puis j'ai fait des matches de préparations avec Paulo l'an dernier ».

Peur de rien le môme, même s'il se souvient de sa première apparition dans le groupe. « C'était impressionnant. Quand tu passes de Crabos, sans faire de matches en Espoir et te retrouver en Pro, ça fait pfffffffffiouuuuu », souffle-t-il. Avec maintenant une saison pleine en Espoir dans les pattes, Joris Segonds sait qu'en Pro « cela va plus vite, que les gabarits sont différents. Cela n'a rien à voir. Et puis les avants aussi. Ils comprennent tout, les positions, les annonces. Jouer en pro c'est plus facile, mais aussi plus compliqué pour y arriver ».

Dans quelques heures maintenant, Joris va fouler la pelouse de Guy-Boniface en essayant d'avoir le moins de pression possible. Les coaches et Maxime Petitjean lui ont parlé toute la semaine pour le préparer. «Il faut que je joue comme d'habitude et ne pas me prendre la tête parce que c'est en Pro. Être clair dans les annonces et ça le fera ». Aussi simple que cela.

par Jean-Marc Authié

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?