Le Stade français est incroyable !

  • Le Stade français est incroyable !
    Le Stade français est incroyable !
Publié le , mis à jour

Au terme d'une fin de match à suspense, le Stade français est parvenu à décrocher son ticket pour la finale de la Challenge Cup (28-25). Les Parisiens qui n'ont jamais rien lâché retrouveront Gloucester en finale.

Au terme d'une saison rocambolesque avec l'épisode avortée de la fusion, le Stade français avait l'occasion de se qualifier pour une troisième finale de Challenge Cup. Opposés aux Anglais de Bath, les Franciliens ont été froid de réalisme en première mi-temps. Les coéquipiers de Sergio Parisse qui n'ont eu que 35 % de la possession de balle concrétisait dès la 12ème minute avec l'essai de Geoffrey Doumayrou. Le reste ? Une séance de défense impressionnante pour les Parisiens qui sur les 28 dernières minutes de la première période n'auront pris qu'une pénalité. Si bien qu'ils menaient  à la pause 11 à 6. Les Anglais ont été trop lents pour perturber la solide défense du Stade français. Ils ont été chahutés dans le domaine de la mêlée fermée. Autant de munitions gâchées par Bath qui ne lui a pas permis de revenir dans la partie. Mais à dominer sans concrétiser, on se fait punir. Et c'est ce qui aurait pu arriver aux coéquipiers de George Ford. Dès le début de la seconde période, ils étaient surpris par l'essai de Plisson. Cependant, le deuxième acte était la copie conforme du premier avec une nette possession de la balle pour Bath, sauf qu'à la différence de la première mi-temps les Anglais concrétisaient et inscrivaient trois essais pour prendre l'avantage pour la première fois du match à huit minutes de la fin. A ce moment de la partie, on pensait que ce serait dur pour les Parisiens. Pourtant, les hommes de Gonzalo Quesada n'ont jamais rien lâché et sur un exploit de Camara, Pyle filait à l'essai. A une minute de la fin, Plisson redonnait l'avantage à Paris grâce à un superbe drop. Avant la délivrance et la pénalité manquée par Ford dans le temps additionnel. Le Stade français est en finale et retrouvera Gloucester. 

 

Le joueur : Will Genia

Le Stade français n'a pas eu beaucoup de ballons d'attaque en première mi-temps mais à chaque fois qu'ils ont mené des offensives Will Genia a maîtrisé le jeu de son équipe. Le demi de mêlée australien a bonifié les avancées de ses avants par des sorties de balle rapides pour lancer ses arrières. En première période, Genia s'est distingué par une superbe percée au ras qui aurait pu offrir un essai à Bonneval. Dans le deuxième acte, il transmet parfaitement à hauteur le ballon à Plisson qui n'a plus qu'à filer sous les poteaux. Son jeu au pied a été aussi de très bonne qualité. 

 

L'essai du match : l'essai de Pyle

On joue la 77ème minute. Paris qui a mené au score tout la partie est dépassé à la 75ème minute après l'essai de Stooke. Les Franciliens récupèrent le ballon. Sur l'aile, Djibril Camara déborde et éteint l'arrière du XV de la Rose Watson. L'international français n'a plus qu'à fixer le dernier défenseur et transmettre à Hugh Pyle qui filait dans l'en-but. Un essai qui permettait de mettre les deux équipes à égalité. 

 

Le fait du match : Paris n'a rien lâché

Dominé la plupart du temps, le Stade français n'a jamais rien lâché. En première mi-temps, la défense francilienne a été héroïque et n'a pris que six points. En deuxième période, si Bath a retrouvé son allant offensif et inscrit trois essais, le Stade français est allé au bout de sa fatigue pour chercher la victoire. Mené de 7 points à 8 minutes de la fin, les coéquipiers de Sergio Parisse sont parvenus à s'imposer à l'issue du terme réglementaire. D'abord grâce à l'essai de Pyle à 3 minutes de la fin, avant le drop de la délivrance signé Plisson. 

 

Les meilleurs : 

Pyle, Lakafia, Parisse, Genia, Plisson, Doumayrou ; Catt, Batty, Rokoduguni, Watson 

par Pierre Loevenbruck

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?