Soyaux, une importante der à Chanzy

  • Soyaux, une importante der à Chanzy
    Soyaux, une importante der à Chanzy
Publié le / Mis à jour le

Sur sa pelouse de Chanzy, Soyaux-Angoulême joue sa survie en Pro D2. 

Et oui cette dernière rencontre de la saison au stade Chanzy, qui devrait une fois de plus être bien garni, revêt une importance capitale. En fait c’est le match du maintien. Et les Charentais, pour l’occasion, ont envie de terminer en beauté et d’offrir à leurs supporters un beau cadeau. « C’est vrai, reconnaît Rémy Ladauge l’entraîneur des lignes arrières, que l’on aurait pu se mettre plus tôt à l’abri. Mais on a eu une deuxième partie de saison plus compliquée. Et puis quand on a découvert le calendrier on savait que ce match serait important. Sauf que si à l’époque on nous avait dit que l’on aurait sept points d’avance sur le premier relégable, on aurait signé ». C’est vrai que la situation des angoumoisins plaide en leur faveur. Et même si le match aller dans l’Aude a laissé des regrets, ils ont les moyens de remettre les pendules à l’heure. Mais attention quand même car les Carcassonnais se déplacent sans pression, eux qui n’ont plus rien à jouer. « On va probablement jouer une équipe remaniée, pronostique Rémy Ladauge. Et souvent quand il y a du turn-over, on perd des automatismes. Par contre les joueurs alignés auront des choses à prouver. A nous de tout mettre en œuvre. Il va falloir tenir le ballon, mettre de la vitesse et les mettre sous pression » On a vu depuis le début du championnat qu’à Chanzy, l’équipe a toujours fait preuve d’envie, de de solidarité et d’engagement. Des équipes comme Montauban, Aurillac, Colomiers, Mont-de-Marsan, entres autres, sont tombées ici. Et d’autres comme Biarritz, Oyonnax et Agen ont souffert pour s’imposer souvent sur un fait de jeu. Alors pour cette dernière si importante, on n’imagine pas les partenaires d’Ayestaran lâcher quoi que ce soit. C’est en quelque sorte un match de phase finale et à ça, les Charentais y sont rôdés depuis quelques années. « On a tous, poursuit Rémy Ladauge, la volonté de montrer à notre public qu’il peut être fier de son équipe ». Un public, il faut bien le reconnaître, qui a toujours été derrière ses joueurs et ce n’est pas ce soir qu’ils vont déroger. Ça devrait être l’ambiance des grands soirs et la fête devrait être belle. Tout un stade, toute une ville l’espère.

par Jean-François Chrétien

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir