Stade français : la palme au réalisme

  • Stade français : la palme au réalisme
    Stade français : la palme au réalisme
Publié le / Mis à jour le

Dans un derby de très belle qualité, le Stade français s'impose face au Racing 92 (27-23). Les Parisiens ont concrétisé sur toutes leurs actions dangereuses. Le Racing s'est heurté à la solidarité des coéquipiers de Sergio Parisse. 

Le match 

Affirmer la suprématie francilienne revêtait une saveur toute particulière dans ce qui aurait pu être le dernier derby de l'histoire, après l'épisode de la fusion avortée. La première mi-temps n'a pas forcément été spectaculaire dans le jeu mais la débauche d'énergie défensive déployée par les deux équipes a été phénoménale. Le Racing 92a largement dominé la première demi-heure. Et les coéquipiers de Machenaud pensaient concrétiser avec un essai d'Imhoff mais il était invalidé à la vidéo. Et à dominer sans marquer, le Racing était puni. Parisse intercepté une passe de Carter et filait sous les poteaux. Le Néo-Zélandais se rattrapait avec une magnifique chistera pour Laulala. A la pause, cela faisait 13-13 et un carton rouge partout après les expulsion de Papé et Lauret (échange de coups). La reprise du match est tout à l'avantage du Stade français. Les hommes de Gonzalo Quesada inscrivait deux essais en l'espace de cinq minutes en début de second acte. Un écart de quatorze points que le Racing 92 ne comblera jamais. Malgré l'essai de Tameifuna et une nouvelle pénalité de Carter, le Stade français s'imposait 27 à 23. Les deux équipes conservent leurs chances d'accéder aux phases finales. 

 

Le joueur du match : Jules Plisson

L'international français a réalisé un très gros derby. Aux tirs au but, il a certes manqué deux pénalités mais il a marqué la moitié des points de son équipe. Son pied a souvent fait souffler son équipe, quand elle était acculée dans son camp, avec des énormes touches trouvées. Il s'est aussi montré très présent dans le jeu de son équipe avec une qualité de passes qui a fait des différences énormes, emmenant notamment l'essai Camara. Il s'est aussi montré défensivement, à l'image de ce tampon sur Dan Carter. 

 

Le tournant du match : les cinq premières minutes de la deuxième mi-temps

On a cru revivre La Rochelle - Montpellier. Alors que les deux équipes étaient rentrées dos-à-dos à la pause (13-13), le Stade français a fait la différence avec deux essais dans les cinq premières minutes du second acte. Des réalisations de Camara et Danty qui ont permis aux Parisiens de prendre 14 points d'avance. Un écart que le Racing ne rattrapera jamais.

 

Les meilleurs : 

Ross, Nicolas, Parisse, Plisson, Camara, Danty ; Tameifuna, Carter, Chavancy

par Pierre Loevenbruck

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir