Emmanuel Macron : « Déployer un plan de revalorisation du bénévolat »

  • Emmanuel Macron : « Déployer un plan de revalorisation du bénévolat  »
    Emmanuel Macron : « Déployer un plan de revalorisation du bénévolat »
Publié le , mis à jour

Emmanuel Macron, candidat En Marche ! nous livre sa vision et ses projets pour le rugby.

Quel est votre rapport personnel au rugby ? Quelle image avez-vous de ce sport ?

J’ai un attachement sincère au rugby car je partage les valeurs portées par ceux qui le pratiquent. Au rugby, d’abord, le collectif prime sur l’individu : la force de chacun est décisive pour la réussite de tous. Deuxième valeur : le goût de la performance. Que l’on pense seulement à l’essai du bout du monde de Serge Blanco, qui qualifie la France en finale de la Coupe du monde en 1987 ! Troisième valeur, le respect. Respect à l’égard de l’arbitre, des décisions qu’il prend pour faire respecter les règles du jeu. Respect aussi à l’égard de l’équipe adverse : au rugby, la force est rarement agressive.

Quel regard portez-vous sur le rugby français ?

Un regard très positif. J’admire le rugby professionnel, bien sûr, mais je veux aussi saluer le travail quotidien réalisé par les milliers d’éducateurs bénévoles dans tout le pays. J’ai eu l’occasion d’assister à un entraînement de jeunes et j’ai pu voir comment les éducateurs sont extrêmement vigilants pour qu’aucun enfant ne reste hors du jeu, que tous se sentent impliqués et valorisés. C’est pour encourager cette dynamique et cette énergie positive que je veux déployer un plan de valorisation du bénévolat. Ce plan permettra notamment de sécuriser les bénévoles en matière de responsabilité personnelle.

Êtes-vous favorable à une fiscalité adaptée au monde du sport et notamment au rugby ?

Toutefois, l’enjeu de la fiscalité des clubs dépasse le cadre national. C’est pourquoi je veux me battre au niveau européen et international pour rapprocher les règles, notamment en matière de fiscalité.

 

La Fédération française de rugby avait souhaité construire un grand stade avec des fonds privés ; projet abandonné par Bernard Laporte, son nouveau président... Est-ce une bonne chose ?

Je suis favorable à ce que des équipements sportifs soient réalisés avec des fonds privés. Toutefois, il faut juger la pertinence d’un montage financier projet par projet. Si la nouvelle équipe dirigeante de la fédération a considéré que le modèle économique de ce grand stade était trop risqué, et qu’à terme ce serait aux clubs et aux licenciés de rembourser l’emprunt, alors sa décision est la bonne.

Êtes-vous favorable à ce que la France soit candidate à l’organisation du Mondial 2023 ?

La coupe du monde de rugby féminin à Paris, en 2014, a d’ailleurs été une formidable réussite. Celle de 2023 pourrait l’être tout autant ! Aussi, je soutiens totalement la candidature des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024. Ces grands événements sont une chance pour notre pays et pour nos sportifs.

Les championnats français, professionnels ou amateurs, attirent de nombreux joueurs étrangers. Pour ou contre ? Doivent-ils porter le maillot de l’équipe de France ?

Le fait que nos championnats attirent des joueurs et des talents étrangers est une excellente chose : cela prouve le dynamisme du sport français. En même temps, je ne suis pas pour une concurrence à tous crins, et je tiens à ce que les joueurs français puissent jouer en France. Il en va de la survie de nos équipes de France. à ce titre, je trouve que la décision prise par la ligue nationale de rugby de limiter le nombre de joueurs non issus de la formation française est une bonne chose. S’agissant du XV de France, je veux saluer tous les joueurs qui portent haut nos couleurs. Comment ne pas être admiratif des joueurs qui ont tout donné face aux Gallois pour emporter la victoire après 20 minutes de prolongation ? Les quinze sur le terrain ont déployé une énergie phénoménale pour faire rayonner la France, indépendamment de leurs origines.

Mourad Boudjellal peut-il devenir secrétaire d’État aux sports ? Que pourrait-il vous apporter ?

Aujourd’hui, toute mon énergie est focalisée sur le 2e tour des élections présidentielles. Il ne suffit pas de battre Marine Le Pen : il faut gagner le plus largement possible. à ce titre, je suis très heureux et très fier que Mourad Boudjellal soit à mes côtés et pleinement engagé dans cette bataille.

 

propos recueillis par Léo Faure

Léo Faure
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?