Nevers : La roue a tourné

  • Nevers : La roue a tourné
    Nevers : La roue a tourné
Publié le

Les Nivernais partent avec les faveurs des pronostics. Ils ont montré contre Aix-en-Provence qu'ils pouvaient gérer le premier match à l'extérieur. 

Les dix-sept minutes d’arrêts de jeu passées campés sur leur ligne face aux Aixois, pour défendre leur participation à la finale, et leur droit à l’accession, ont fait tourner la roue de l’histoire. Le « Clermont» de la Fédérale 1, toujours placé et jamais gagnant, est passé enfin du côté lumineux de la réussite. Cette équipe a réussi sur ces deux rencontres de la demi-finale à se porter au-delà de ce qui pouvait lui nuire, au-dessus du hasard et des faits de jeu, dont elle vient de faire ses alliés en élevant son niveau de détermination. « On peut la refaire dix fois cette fin de match, on la perdra dix fois, a dit leur manager Xavier Péméja. Ce que les joueurs ont fait, c’est tout simplement incroyable. En 25 ans de carrière d’entraîneur, je n’ai jamais vécu une telle fin de rencontre. » On peut rajouter à cette fin de partie épique l’essai manqué au match aller par Aix-en-Provence, un ballon lâché dans l’en-but et qui a tout changé. La réussite est du côté de Nevers. Et si Chambéry n’est pas en reste, la qualification de cet adversaire aux dépens de Bourg-en-Bresse, est un autre augure de bonnes nouvelles. La deuxième manche déterminante se jouera donc au Pré Fleuri.

 

Un référentiel commun

Les incroyables péripéties de la demi-finale disputée à Verchère ont aussi diminué cet adversaire inattendu, qui sera privé chez lui pour ce premier rendez-vous, de ses deux exclus, le deuxième ligne Martin et le talonneur Girard. Les Nivernais aussi auront leurs absents (N’Diaye, San Martin, Faleali’i). Mais contre ces Chambériens qui avaient fini difficilement 7es du classement, faute de pouvoir compter sur une profondeur de banc aussi longue que la leur, le rapport des absents penche assez en leur faveur. Pour cette équipe que la réussite fuyait, toutes les planètes viennent de s’aligner dans l’axe du Pro D2, pour y accompagner leurs meilleurs ennemis de Massy. Un autre fait parle pour eux : leur succès à Aix-en-Provence, lors de la première manche des demi-finales, a dit qu’ils étaient capables au meilleur des instants, de bien s’exporter. « Nous nous étions jetés dans les phases finales après notre match raté à Auch sans pouvoir nous appuyer réellement sur rien du tout, relate Péméja. En seulement deux rencontres, les joueurs viennent de construire un référentiel commun très intéressant. » Il s’agit pour eux, maintenant, de le parfaire, de monter encore d’un cran leur degré de détermination, pour tenir à Chambéry et bien recevoir à Nevers, et rendre enfin au président Régis Dumange, son retour sur investissement. 

par Guillaume Cyprien

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?