RCT : Surfer sur la dynamique

  • RCT : Surfer sur la dynamique
    RCT : Surfer sur la dynamique
Publié le

Forts d'un retour en forme au meilleur moment de la saison (trois succès consécutifs), les Toulonnais sont en passe de recevoir un barrage à domicile. La dernière marche à franchir ? S'imposer contre Pau samedi.

Richard Cockerill est venu, il a vu, il a convaincu. Arrivé début janvier sur la rade, l'entraîneur britannique s'est rapidement imposé au sein du club toulonnais, au point de devenir entraîneur numéro 1 en lieu et place de Mike Ford, le 4 avril dernier. Depuis ? Le RCT a retrouvé des couleurs, enchaîne les succès (trois en autant de matchs) et se pose comme un sérieux prétendant au bouclier de Brennus. « Favoris ? Outsiders ? C'est difficile à dire. Je ne crois pas que nous soyons favoris, comme je ne crois pas non plus que nous soyons outsiders. Personne ne vous dira que le RCT n'a aucune chance de remporter le championnat. Pour autant Toulon est une équipe différente et je pense que peu de gens mettraient de l'argent sur nous. Nous sommes entre les deux. » tentait, en vain, de clarifier Marcel Van der Merwe. Mais avant de se projeter sur une éventuelle course au bouclier de Brennus, les Toulonnais doivent s'assurer de terminer la phase régulière à la quatrième place* (synonyme de barrage à domicile) en prenant le meilleur sur la Section paloise.

 

Pas de Pau pour Ma'a Nonu

Et pour cette réception de la Section paloise, le RCT devra faire sans Ma'a Nonu. Toulonnais le plus en forme de la ligne de trois-quarts ces dernières semaines, le double champion du monde s'est rendu coupable d'un plaquage dangereux samedi dernier contre l'UBB. Peu avant la fin de première période, alors que Toulon menait 16-3, Nans Ducuing pensait échapper à la vigilance de Drew Mitchell. C'était sans compter sur le retour et la charge à l'épaule de Ma'a Nonu. Et si, malgré la vidéo, l'arbitre n'a pas sanctionné le numéro 12 du RCT pendant la rencontre, la commission de discipline de la Ligue s'est chargée de le citer et de le convoquer pour la séance du 17 mai. Ma'a Nonu pourrait donc, en théorie, participer à la 26e journée du Top14. Mais le RCT en a décidé autrement, infligeant une sanction interne au centre toulonnais. « Le club a décidé de le suspendre dès à présent, donc il ne jouera pas contre Pau. C’est la décision du club. C’est aussi ma décision. Il y a deux semaines il a fait un peu le même plaquage. Le suspendre est la bonne chose à faire car on prend ce genre de choses très au sérieux. » a justifié Richard Cockerill. Cette sanction a-t-elle pour véritable objectif de punir le centre néo-zélandais, ou simplement de montrer que le club ne cautionne pas les plaquages parfois limites de son joueur, afin d'amadouer la LNR ? La frontière est bien évidemment ambiguë... En attendant, James O'Connor sera associé à Mathieu Bastareaud au centre de l'attaque toulonnaise et suppléera ainsi Ma'a Nonu. Uniquement pour la réception de la Section paloise ? Ce sera ensuite à la Ligue de sanctionner et de priver (ou non), Nonu d'éventuelles phases finales.

 

Focalisés sur la 26e journée... en théorie !

Vous avez dit phases finales ? « Moi, je ne pense pas à la finale, à la demi-finale ni même au quart de finale. Je pense seulement au match contre Pau et c’est pareil pour les joueurs. » affirmait jeudi Richard Cockerill, afin de montrer que son groupe était focalisé sur cette ultime journée. Mais est-ce véritablement le cas ? « On a tendance à prendre le match contre Pau un peu à la légère, reconnaissait Romain Taofifenua. Mais il faut vraiment gagner ! On doit remporter ce match pour pouvoir jouer un quart de finale à domicile. Eux ne vont rien lâcher car ils veulent leur place dans les six. On sait qu’ils vont venir pour faire un gros match. On s’attend à un gros défi ce week-end. » Une victoire ouvrirait ainsi les portes d'un barrage à domicile et permettrait au RCT de surfer sur la dynamique actuelle. Une défaite ? Du côté de Toulon, personne n'ose l'envisager.

 

* Avant la dernière journée, le RCT a deux points d'avance sur le cinquième, Castres.

 

Par Pierrick Ilic-Ruffinatti

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?