Flanquart : « En finale, la clé sera la défense »

  • Flanquart : « En finale, la clé sera la défense »
    Flanquart : « En finale, la clé sera la défense »
Publié le , mis à jour

Blessé pendant près de six mois, le deuxième ligne revient en forme au meilleur des moments. Juste avant la finale européenne vendredi face à Gloucester, il se livre.

Vous avez dû passer par une multitude d’émotions opposées, non ?

Bien entendu. On a évidement cru pendant longtemps à la qualification pour les barrages, surtout à la pause quand les coachs nous disent que le Racing 92 perd. Je suis le premier à dire à ce moment-là qu’il fallait éviter d’y penser à cela pour rester très concentrés. Mais il est aussi humain et bénéfique de garder dans un coin de sa tête cette pensée. Car cela nous galvanise. Nous avons espéré jusqu’au bout et puis à la fin, les Franciliens passent devant. La transformation ratée par Morné (Steyn, N.D.L.R.) sur la sirène ne change donc rien.

 

De l’extérieur, on a l’impression que c’est plus le Stade Français qui a offert le succès au MHR que l’inverse…

Effectivement ! Je pense que nous leur avons facilité le travail pour marquer et c’est un peu frustrant. On leur offre des points par notre indiscipline et deux essais, sur des erreurs individuelles en défense. Mais au-delà de ça, l’important est à mon sens de n’avoir aucun regret sur cette rencontre. C’est le cas car on a tout donné et on peut donc être fiers. Des regrets, nous en aurons sur la saison. Mais l’heure n’est pas encore au bilan.

 

Il reste encore une finale de Challenge européen à jouer vendredi face à Gloucester pour sauver votre saison, c’est ça ?

Exactement et c’est en ce sens que notre prestation face au MHR est bénéfique pour la confiance. Ça me fait plaisir de voir la façon dont nous sommes parvenus à relever la tête depuis un mois et cela se poursuit. C’est de bon augure. Il y a certes de la frustration par rapport à la défaite mais aussi beaucoup de confiance accumulée.

 

Comment allier la préparation d’une finale et les perspectives de rachat de votre club ?

Très sincèrement, on ne le fait pas. Evidemment on y pense depuis un certain temps, mais pas lorsque nous sommes sur le terrain. Ce n’est pas notre job. On s’occupera de ces choses une fois la saison terminée.

 

Quel regard portez-vous sur Gloucester ?

C’est une formation qui nous ressemble. Ils aiment tenir le ballon, développer un gros volume de jeu et ont une belle conquête. Cette opposition va ressembler à celle de Bath à mon sens. Ça va être difficile. Mais nous avions réussi à contrer les Anglais en demi-finale et on a donc notre chance. La clé sera la défense : nous tenons bon depuis plusieurs semaines malgré quelques erreurs personnelles, comme aujourd’hui (samedi, N.D.L.R.) après une mêlée ou une touche. Nous restons forts collectivement dans ce secteur comme sur notre mêlée.

 

Personnellement, vous disputiez votre troisième match depuis votre retour de blessure. Comment vous sentez-vous ?

C’est la première fois que je rejoue 80 minutes consécutives et ça a été un honneur pour moi de porter le brassard de capitaine lors de cette belle performance. Je me suis senti bien même s’il me reste du travail pour être au top physiquement. Il me faut encore du temps de jeu. J’espère avoir la chance de disputer cette finale vendredi, qui peut nous permettre de terminer notre aventure commune sur une belle note.

 

Par Julien Louis

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?