Mola, simple entraineur ?

  • Mola, simple entraineur ?
    Mola, simple entraineur ?
Publié le , mis à jour

Toulouse sera encore emmenée par le duo Mola-Servat, l’an prochain. Du coup, la nouveauté viendra surtout du rajeunissement de l’effectif.

Une fois n’est pas coutume, le Stade toulousain figurera parmi les premiers clubs à reprendre le chemin de l’entraînement, aux alentours de la mi-juin. Avec quels hommes et quelle organisation sera menée cette opération renaissance ? Sur le banc de touches, on prend presque les mêmes et on repart... Ugo Mola, sous contrat jusqu’en juin 2018, sera encore partie prenante du projet. L’actuel entraîneur en chef va se rapprocher du terrain avec la prise en mains des lignes arrière en remplacement du partant Jean-Baptiste Elissalde et pourrait voir certaines de ses prérogatives de numéro 1 revues à la baisse. Le départ du spécialiste des trois-quarts reste tout de même le principal électrochoc prévu au sein d’un encadrement où quelques ajustements pourraient également être amenés au sein des secteurs de la préparation et du médical. Aux côtés d’Ugo Mola, William Servat est parti pour garder la charge du paquet d’avants, Pierre-Henry Broncan de la défense et Jean Bouilhou de la touche. Ces acteurs, aujourd’hui sauvés par leur situation contractuelle et l’état des finances du club, vont d’entrée devoir composer avec une pression extrême : plus aucun droit à l’erreur ne leur sera permis, plus aucune excuse ne sera acceptée. Si les résultats ne suivent pas rapidement, la saison 2017-2018 risque fort d’être leur dernière.

Un calendrier allégé, un recrutement alléchant...

Pour mener à bien leur plan de relance, Ugo Mola et ses assistants vont disposer d’un calendrier allégé, en raison de la non-qualification en Champions Cup, et d’un effectif entièrement bâti par leurs soins après deux saisons de bricolage hasardeux et de gymnastiques intergénérationnelles. Le recrutement, réalisé à un moment de la saison où les Rouge et Noir postulaient encore aux phases finales et à la qualification en Champions Cup, augure de jours plus cléments. La piteuse dernière partie de championnat a sûrement provoqué des grincements de dents chez les intéressés mais ne les a pas pour autant dissuadés de rejoindre Ernest-Wallon au mois de juin. En coulisses, la direction a en tout cas immédiatement coupé court à toutes velléités de départ prématuré ou de volte-face. A l’exception du cas Thomas Ramos, prêté à Colomiers cette saison et désormais tout proche de s’engager avec Toulon.

Cet été, la pépite Antoine Dupont, l’électrique Cheslin Kolbe, l’inspiré Zack Holmes, les valeurs sûres Lucas Pointud et Louis Benoît Madaule et le All Black Charlie Faumuina seront censés apporter un second souffle à un vestiaire où les grands espoirs maison, François Cros et Cyril Baille en tête, vont être amenés à prendre du grade.

Vincent Bissonnet
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?