Le rugby à 7 débarque à Paris

  • Le rugby à 7 débarque à Paris
    Le rugby à 7 débarque à Paris
Publié le

Ce week-end, le rugby à 7 fait escale dans la capitale française. L'occasion pour le public de Jean-Bouin de découvrir une discpline spectaculaire mais encore méconnue en France. Une avant dernière étape du circuit mondiale avec certains enjeux.

Le sacre des Blitzboks ?

Ils ont dominé de la tête et des épaules le circuit mondial cette saison. Sept finales en huit tournois, et quatre titres glanés (Dubaï, Wellington, Sydney, Las Vegas). Une supériorité physique qui n'a pas trouvé d'équivalent sur le circuit. Seulement cinq défaites (Angleterre x 2, Fidji, Australie, Nouvelle-Zélande) en 48 matchs, les Blitzboks assument pleinement leur surnom. Lorsque Snyman, Cecil Afrika, Soyizwapi jouent à leur meilleur niveau, l'Afrique du Sud devient imbattable. Une saison exceptionelle qu'ils peuvent conclure dès samedi et la fin des phases de poules. Il ne leur manque plus que 5 points minimum pour remporter le circuit mondial. Un formalité pour une équipe qui a inscrit en moyenne 20 points par tournoi. Sauf cataclysme, les Blitzboks devraient remporter le circuit mondial pour la première fois depuis 2009. 

Une nouvelle surprise ?

L'an dernier, à la surprise générale, ce sont les Samoa qui se sont imposés en finale à Paris face aux redoudables fidjiens qui finiront champions Olympique quelques mois plus tard. Cette fin de saison (à l'image du dernier tournoi de Singapour) les outsiders se font de plus en plus nombreux. Américains, Canadiens, ou encore Australiens sont capables de bousculer la hiérarchie. Les Américains ont joué leur première finale à Singapour (défaite 26-19 contre le Canada) après avoir échoué trois fois de suite en demie. Avec dans leurs rangs la fusée Baker, ou des joueurs comme Iosefo, ou Barrett, les Eagles ont les armes pour enfin l'emporter.

La France enfin en cup ?

Les Tricolores le savent leur saison est loin d'être une réussite. Seulement deux quarts de finale en début de saison (Dubaï,Wellington) et depuis plus rien, le néant. Pire, les Français ont terminé dernier à Vancouver et dans les bas-fonds du classement à Las Vegas, Hong Kong et Singapour. Privé de son capitaine Terry Bourahoua, Frédéric Pomarel pourra compter sur sa star Virimi Vakatawa qui fait son grand retour à 7. Parmis les meilleurs joueurs du monde à 7 la saison dernière, l'ailier du XV de France pourrait être le "petit" plus qui manqué aux Bleus pour atteindre les sommets.

La der de Pomarel et Candelon

Ils ont servi le rugby tricolore depuis de nombreuses années. L'entraîneur Frédéric Pomarel et l'ancien ailier de Perpigan Julien Candelon feront leurs adieux au public français à l'occasion de l'étape parisienne. Nul doute que l'ensemble de joueurs tiendront à leur offrir des adieux heureux.

 

par Félix Comane

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?