Challenge Cup : le Stade français remporte son premier titre européen !

  • Challenge Cup : le Stade français remporte son premier titre européen !
    Challenge Cup : le Stade français remporte son premier titre européen !
Publié le , mis à jour

Ils l'ont fait ! Le Stade français remporte la Challenge Cup après un match où les Parisiens ont su attendre l'heure (25-17). Les coéquipiers de Parisse ont globalement largement dominé la partie à l'image de sa mêlée fermée devastatrice. 

Le match

La cinquième sera-t-elle la bonne ? C'est la question que devaient se poser les joueurs du Stade français avant de disputer leur cinquième finale européenne (deux en Champions Cup et deux en Challenge Cup). Une chose est sûre, les Parisiens sont rentrés sur le terrain en ne voulant pas laisser passer leur chance une cinquième fois. Car les premières minutes ont été tout à l'avantage des partenaires de Sergio Parisse. Ce sont eux qui ont mené les premières offensives dans le camp adverse sans parvenir toutefois à vraiment inquiéter une défense anglaise bien en place. Et les rares fois où les attaquants parisiens ont déstabilisé la défense de Gloucester, ils se sont montrés trop imprécis. C'est d'ailleurs sur une maladresse parisienne que les coéquipiers d'Heinz débloquait le compteur à la quatorzième minute. May interceptait une passe de Danty et l'ailier international n'avait plus qu'à filer sous les poteaux. 7-0. Puis 10-0 après une pénaltie convertie par Freddie Burns. Malgré ce coup du sort, le Stade français reprenait sa marche en avant d'abord par le pied de Plisson, avant un essai de l'inevitable Parisse sur un astucieux coup de pied de Will Genia. La fin de première période était houleuse débouchant sur le carton jaune de Willi Heinz, le capitaine de Gloucester pour un jeu dangereux sur Plisson. A la pause, les deux équipes étaient dos-à-dos 10 à 10. Comme le premier acte, la domination était parisienne en début de deuxième mi-temps. Des temps forts stériles pourtant et on a cru revivre la première période mais pour quelques centièmes l'essai était refusé logiquement à Marshall. Finalement, c'est un nouveau flash back qui se déroulait mais cette fois à l'avantage du Stade français. La passe de Scott était intercepté par Camara qui décallait Danty qui filait dans l'en-but. Pour la première fois du match, les Parisiens prenaient l'avantage. Un écart que le Stade français va creuser à 8 minutes de la fin grâce à un exploit de Doumayrou qui va éliminer quatre défenseurs à lui tout seul et marquer sous les poteaux. L'essai en fin de match n'y changera rien. Paris s'impose 25 à 17. Le Stade français est récompensé de la plus belle façon pour ses sublimes phases finales. Mis en difficultés, les Parisiens ont faire preuve d'un état d'esprit incroyable pour aller jusqu'au bout. Le meilleur moyen de conclure une saison riche en émotions ? Les Parisiens peuvent encore espérer participer à la grande Coupe d'Europe en s'imposant en barrage. Cela commence la semaine prochaine face aux Cardiff Blues.

Le fait du match : la mêlée parisienne a tout écrasé

Le Stade français a construit son titre sur la mêlée fermée. La première ligne parisienne a martyrisé ses vis-à-vis. Si bien qu'au total, Gloucester aura été pénalisé à six reprises sur cette phase de jeu au cours de la partie. Ce secteur a particulièrement aié les Parisens dans leur temps faible. Les nombreuses pénalités remportées par les avants du Stade français leur ont permis de sortir de leur camp ou de trouver des touches près de la ligne d'en-but adverse pour lancer les offensives parisiennes. La domination dans le secteur de la mêlée s'est également concrétisée par la domination en puissance des avants parisiens qui ont stoppé nets leurs adversaires.

 

Les joueurs du match : le collectif des avants parisiens

Les huit titulaires du paquet d'avants du Stade français et leurs remplaçants ont livré un match de titans ce soir. A l'image d'Heinke Van der Merwe auteur d'une présentation en mêlée fermée exceptionnelle comme l'ensemble de la première ligne parisienne. Jono Ross à l'image de ses partenaires de la troisième ligne a été incroyablement actif tant offensivement que défensivement. Symbole de cette puissance de la troisième ligne, l'essai de Parisse qui a ouvert la voie aux Parisiens et cette défense impressionnante de Ross sur Hibbard qui filait droit dans l'en-but. Et que dire de la deuxième ligne Gabrillagues - Pyle qui a ratissé les ballons en touche et a été à la pointe du combat. Les remplaçants parisiens auront parfaitement pris le relais quand les cadres ont eu besoin de se reposer.

 

L'essai du match : Doumayrou

L'essai le plus important pour les Parisiens car il a définitivement scellé le sort de la rencontre. Mais aussi le plus spectaculaire. Parti arrêté sur la ligne des 22m, Doumayrou se faufile dans l'intervalle en éliminant deux défenseurs, il résiste à un troisième plaquage avant d'éliminer le dernier défenseur et inscrire l'essai sous les poteaux. Du grand art pour Geoffrey Doumayrou qui a pris une autre dimension pour sa dernière saison au Stade français. 

 

Les meilleurs : 

Van der Merwe, Slimani, Pyle, Ross, Danty, Doumayrou ; Moriarty, Morgan Marsahl

 

Par Pierre Loevenbruck 

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?