Alban Placines (Biarritz) : « La position d'outsider nous va bien »

  • Alban Placines (Biarritz) : « La position d'outsider nous va bien »
    Alban Placines (Biarritz) : « La position d'outsider nous va bien »
Publié le , mis à jour

Auteur de l’essai de la qualification face au Stade Montois, Alban Placines, qui n’a pas beaucoup joué cette saison évoque sa première demi-finale avec le groupe professionnel.

Le BO a créé l’exploit dimanche, vous êtes-vous rapidement projetés sur la demie face à Agen ?

Cette victoire nous a vraiment fait plaisir, nous étions sur un petit nuage. Maintenant, le groupe aborde cette semaine comme une semaine classique, sans se mettre de pression, en analysant bien le jeu d’Agen pour être prêt pour ce match. Nous aurons le temps de penser à l’enjeu de cette rencontre un peu plus tard dans la semaine.

À l’aller, c’est sur un ballon porté à 12 contre 14 que vous aviez perdu le match. En avez-vous reparlé ?

Pas pour l’instant, mais à la vidéo, le fait que ce soit des joueurs très solides est ressorti. Le groupe sait que sur les mauls, il faudra défendre très rapidement pour ne pas les laisser avancer comme ils l’ont déjà fait. L’équipe était repartie d’Agen avec un peu de déception. Ils avaient très bien joué, mais je pense qu’on pouvait espérer quelque chose de mieux. Peut-être qu’avec cette petite frustration, on aura envie de faire quelque chose qu’on n’avait pas réussi à faire à l’aller.

Avec le rôle d’outsider, vous n’avez pas grand-chose à perdre à Agen ?

Le BO avait comme objectif cette demi-finale. Maintenant, ce n’est que du bonus. Ça ne veut pas dire qu’on va lâcher le match, on a envie d’aller plus loin. On se retrouve plus dans la position d’outsider que de leader et je pense que c’est une position qui nous va bien depuis le début de saison. On a su rebondir avec cette étiquette sur le dos en deuxième partie de championnat. Donc j’espère que ce sera aussi bien pour les phases finales.

En recevant, Agen, qui a fini second, aura forcément plus de pression que Biarritz…

Oui, c’est ce que nous nous sommes dit. Après un match de demi-finale, c’est toujours particulier. Sur un match, tout peut se jouer, nous allons miser sur ça.

D’un point de vue personnel, vous n’avez pas beaucoup joué cette saison (4 titularisations), mais avez su bonifier chacune de vos entrées (13 feuilles de match) …

C’était assez compliqué cette saison. Je n’ai pas beaucoup joué, j’ai eu quelques blessures. Après je n’ai pas été toujours dans le groupe. Ce sont des saisons pas faciles, mais j’essaye de me concentrer sur moi, d’être patient, et d’être un peu opportuniste. Sur les matchs que je joue, j’ai essayé de montrer des choses et je suis vraiment content de finir par une titularisation en demi-finale. J’ai envie de montrer aux coachs qu’ils ne se sont pas trompés, et ça peut rehausser cette saison assez vide que de finir par une belle demi-finale et je l’espère une finale.

Il y a une grosse mobilisation autour de l’équipe, ça doit vous rappeler les belles années du BO lorsque vous êtes arrivés chez les jeunes ?

Exactement. Je suis un jeune de Biarritz, j’ai vécu les moments où les joueurs passaient en bus dans la ville, où c’était la folie. Ça fait des choses. On a senti un public vraiment remobilisé, qui a envie, et qui nous remercie pour les phases finales. C’est génial. On repense aux grandes heures du BO et on aimerait les revivre, mais en tant qu’acteurs.

Pensez-vous au Top 14 dans ces moments ?

De loin. Depuis le début de saison, le BO a pour objectif la qualification. Là, il y arrive, on va penser d’abord aux étapes à passer. Dans un premier temps, le groupe se concentre vraiment sur ce match comme si c’était une semaine classique d’entraînement, et ensuite, on essaiera peut-être de rêver.

Par Pablo Ordas

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?