Agen en patron

Une première mi-temps de qualité et malgré un relâchement de vingt minutes en seconde période, les hommes de Blin ont su rester calme et s’imposer face à Biarritz (26-14).

 

Le match 

L’entame fut biarrote mais la première mi-temps agenaise. Indisciplinés et certainement un peu tétanisés par l’enjeu que représente une demi-finale de Pro D2, les partenaires d’Antoine Erbani concédaient deux pénalités en cinq minutes. Deux offrandes pour Maxime Lucu qui ne se privait pas de les concrétiser. Dans une ambiance de phases finales, avec des tribunes tachetées de bleu et de rouge, le public d’Armandie baissait d’un ton à mesure que les pénalités pleuvaient. Heureusement pour lui, ses joueurs ne tardaient pas à réagir, par le capitaine Erbani à la 9e minute. La suite fut totalement où presque acquise aux Lot-et-Garonnais qui tenaient le ballon et se montraient beaucoup plus entreprenants. Si bien qu’avant la pause, Clément Darbo venait, grâce à une feinte peu académique, inscrire le deuxième essai de la rencontre et récompenser le bon travail de ses avants en donnant 11 points d’avance aux siens. Lors de ce deuxième acte, la vapeur s’est inversée en faveur des Basques qui sont revenus avec d’autres intentions. À l’heure de jeu, les protégés de Brusque pointaient même à seulement six points des Agenais. Mais la puissance du banc et la lucidité de Clément Darbo dans les moments clés ont permis à Agen de s’offrir la cette demi-finale et d’accéder à la finale face à Montauban.

 

Le fait du match : La fraîcheur du banc

Mis à mal lors de la seconde mi-temps, les Agenais ont vu l’adversaire biarrot revenir dans le rétroviseur à vingt minutes du terme. Mais comme souvent cette saison, les Lot-et-Garonnais ont pu compter sur la fraîcheur de leur banc. Les entrées respectives de Rémi Vaquin, Antoine Miquel et Quentin Béthune ont été déterminantes pour le gain de ce match.

 

Le joueur du match : Tamaz Mchedlidze

Ultra présent dans le dispositif défensif agenais, le trois-quart centre a encore une fois montré, aux côtés du précieu Johann Sadie, qu’il était une pièce maitresse du jeu Bleu et Blanc. Lors des phases d’attaque adverse, le géorgien est régulièrement monté en pointe pour annihiler les actions biarrotes et donner de l’air à sa défense. Il a également été un atout précieux avec ses courses tranchantes.

 

 

Les meilleurs :

Agen : Darbo, Mchedlidze, Erbani, Marchois.

Biarritz : Placines, Lucu, Giresse.

Réactions

Commentaires

Biarritz ont souffert la marche est bien trop haute,maintenant place soit A la future Fusion?Soit aux 2 derbys?Le Biarritz Olympique n'y arrive pas a Monter malgré le retour de Blancoléonne,alors nous attendons quoi faire encore Rire les Palousettes du 64,se moquer des Basques? Oui je sais beaucoup de ?Mais il y a du potentiel faites vous la Bise et hop oublier vos Clochers