Saint-Céré, l’art de rebondir

  • Saint-Céré, l’art de rebondir
    Saint-Céré, l’art de rebondir
Publié le , mis à jour

En difficulté la saison passée, reléguée à l’échelon inférieur, l’équipe fanion de Saint-Céré a bien rebondi cette saison en décrochant le titre régional. L’arrivée de Patrick Bonal au poste d’entraîneur a redynamisé la structure.

Saint-Céré Sports, une structure qui porte fièrement ses 109 années d’existence. Un club qui tire une légitime fierté d’avoir formé Dominique Harize, l’ailier du grand chelem 1977, malheureux finaliste en 1980 avec le Stade toulousain face à Béziers. Au cours du début de la décennie 90, les Sang et Or du Lot eurent le privilège d’évoluer au sein du Groupe B soit le deuxième niveau de l’époque. C’était un temps où les adversaires se nommaient Angoulême, Carcassonne, Albi, Rodez, etc.

C’était une période dorée, faste qui a une place privilégiée dans la mémoire des nostalgiques supporters saint-céréens. Ces derniers ont eu toutefois le plaisir de renouer avec un passé fastueux, de s’offrir un petit coup de jeune. Il y a moins de deux semaines, l’équipe fanion s’est brillamment illustrée en décrochant au stadium de Brive, le très prisé titre de Promotion-Honneur Limousin aux dépens de l’ambitieuse formation corrézienne de Naves section Lagraulière. À l’issue d’une partie engagée, échevelée, un score à l’anglaise a sanctionné cette finale (25-20). Un sacre d’autant plus apprécié puisque la dernière couronne régionale de l’équipe fanion remontait à la saison 1976-1977. Et pourtant, il y a moins d’un an, le club était en souffrance sportive au sein du plus haut niveau régional avec une seule victoire à son actif. Un bilan désastreux qui a conduit le « SCS » à l’échelon inférieur.

« Tout était à reconstruire »

Plutôt que de se résigner, les deux présidents actuels Christophe Bonnet et William Jonquières ont pris le taureau par les cornes. Ils ont fait appel à deux entraîneurs réputés dans la région : Denis Couderc et Patrick Bonal, ce dernier fort de son expérience à Sarlat, Aurillac, Figeac, a été séduit par le projet sportif du comité directeur. Et pour bien mener sa mission, il a convaincu d’anciens joueurs de Sarlat dont l’ancien capitaine, Yann Dufayet de venir tenter l’aventure dans le championnat territorial. « Lorsque les deux présidents m’ont sollicité pour entraîner, j’avoue avoir réfléchi, déclare Patrick Bonal. Saint-Céré dispose d’infrastructures dignes d’un club de Fédérale 1. Il y a des dirigeants vraiment dévoués, une solide formation des équipes de jeunes. En revanche, au niveau de l’équipe senior, tout était à reconstruire. Le message que nous avons tenu avec Denis, c’était d’être assidu aux entraînements. Si, on bossait, le travail finirait par payer. »

Le mélange d’anciens et nouveaux a donné une belle alchimie. Au fil des succès, le groupe s’est bonifié, solidarisé. À ce jour, il est toujours en course pour le championnat de France après avoir brillamment écarté lors du premier tour éliminatoire, les Girondins de Cestas. Sur le court terme, le projet de la Fédérale 3 a été évoqué lors des dernières réunions du comité directeur. Mais, pour le moment, il n’y a pas le feu. Dirigeants et encadrement préfèrent avant tout poser étoffer et consolider la structure.

par Didier Navarre

Didier Navarre
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?