Stade français : Wild officialisé jeudi soir ?

Sauf retournement de situation, Hans-Peter Wild sera le futur propriétaire du Stade français. Le président actuel Thomas Savare l’annoncera jeudi soir , aux délégués du personnel, comme le prévoit la loi...

En marge d’un premier titre européen, l’avenir du Stade français continue de se jouer en coulisse. Depuis mercredi soir dernier, Thomas Savare est donc en possession de trois offres de reprise. Révélée dans ces colonnes, l’offre du milliardaire allemand Hans-Peter Wild est celle qui a su convaincre l’actuel président du club de la capitale. Elle offrirait notamment des garanties plus sérieuses dans la durée. Et même s’il affirme dans l’entretien qu’il nous a accordé (à lire ci-contre) ne pas avoir encore fait son choix, il reconnaît que celui-ci est « bien avancé ». Ou comment expliquer autrement qu’au lendemain de la découverte des offres Thomas Savare et son directeur général délégué Pierre Arnald aient décidé de convoquer la DUP (délégation unique du personnel) jeudi soir prochain. Ainsi, les représentants du personnel, au nombre de huit, seront les premiers à entendre le nom du futur repreneur. Les trois heureux chanceux, parmi les joueurs, seront donc le talonneur Laurent Sempéré, le deuxième ligne Alexandre Flanquart et le trois-quarts centre sud-africain Meyer Bosman.

Sauf retournement de situation, ce qui est toujours probable dans ce genre de négociations, Hans-Peter Wild, qui a rencontré le président de l’association Roger Boutonner jeudi dernier à Paris, sera donc le nouvel actionnaire majoritaire du Stade français. « On nous a dit qu’il n’y avait pas photo sur les garanties financières, explique un interlocuteur proche du dossier initié par les anciens de la maison stadiste. Et tous les signaux envoyés par Thomas Savare ne laissent pas de doute. Aujourd’hui, Savare discute avec Wild du modus operandi. » Autrement dit, les deux parties s’accordent sur le déroulement de la transaction, même si les conseils du Docteur Wild, qui ont bénéficié d’un laps de temps extrêmement court, se présenteront encore en début de semaine au club pour entrer toujours plus en profondeur dans les détails techniques du dossier.

Toutefois, le pool d’investisseurs initié par Thomas Lombard, Pierre Rabadan, Mathieu Blin, Mathieu Glavany, Laurent Guétard, Sylvain Marconnet et Christophe Dominici n’a pas dit son dernier mot. Souvenez-vous. En début de semaine dernière, l’ancien ailier Christophe Dominici annonçait la présence de Vincent Bolloré parmi les investisseurs réunis dans le cadre de la reprise du Stade français. «Vincent Bolloré fera partie du tour de table avec l’une de ses filiales. Notre tour de table est très costaud, vous verrez », déclarait-il alors. Une déclaration à fortes sensations. L’information n’avait pas forcément surpris. Et pour cause. Le 19 avril dernier, le directeur de la communication de Vivendi Simon Gillham, avait participé à la première réunion organisée à la Mairie de Paris par les « anciens ». Sauf que. Cette annonce faite par Dominici a semble-t-il provoqué un certain embarras dans le pool d’investisseurs au sein duquel Jean-Baptiste Mortier (Dométude) et Philippe Bucheton (Bleecker) apparaissent comme les leaders. L’information a même été démentie dès le lendemain dans les colonnes du Figaro par un des investisseurs potentiels de ce dossier. Bizarre, vous avez dit bizarre ? Force est de s’interroger. Quelle est la part de vérité dans cet épisode ? À voir. Vincent Bolloré a la réputation d’être un redoutable « dealmaker » et d’être imprévisible. « Officiellement, il n’est pas avec nous », glisse un proche du dossier…

En attendant, Thomas Savare espère finaliser la transaction en ce début de semaine afin de pouvoir annoncer à ses salariés et à ses joueurs la nouvelle jeudi soir. Dans l’hypothèse d’un manque de temps, il aurait été prévu une nouvelle rencontre avec les délégués du personnel le lundi 22 mai.

Réactions

Commentaires

Je pense que la sagesse va l'emporter et que le Milliardaire Wild,va devenir le futur propriétaire du Stade Français? C'est mieux pour la continuité des Années