Louvel : « Dans deux ans, un stade neuf «

  • Louvel : « Dans deux ans, un stade neuf «
    Louvel : « Dans deux ans, un stade neuf «
Publié le , mis à jour

Cet entrepreneur renommé, président de Rouen depuis quatre mois a pour projet de créer un stade à Rouen ou ailleurs ?

Le club a annoncé l’arrivée à vos côtés de Jean-Pierre Louvel, l’ancien président du Havre Athlétique Club et de l’Union des clubs professionnels de football (UCPF). Quel sera son titre ?

Il sera conseiller des présidents. Sa connaissance du monde sportif professionnel est immense. Nous profiterons de son expertise alors que nous lançons de grands projets. Nous convoquerons par exemple au mois de juin une assemblée générale pour passer en SASP et modifier le nom du Sade rouennais. L’entité régionale de Normandie fera son apparition dans le titre. Jean-Pierre connaît très bien ce type de dossier et leur singularité juridique.

Vous avez pris la présidence au mois de février à la suite de Marc-Antoine Troletti, alors que pour la première fois, après le départ du partenaire La Matmut, le club montrait de signes d’essoufflements. Quel est votre projet ?

Je suis un autodidacte qui a quitté l’école à 16 ans. J’ai monté mon entreprise de palettes de transport seul et sans argent il y a 25 ans. Mon groupe travaille maintenant à l’international et emploie 1 300 personnes pour un chiffre d’affaires de 300 millions d’euros. Je suis entrepreneur dans l’âme. Je veux bâtir un grand club en Normandie, mon département de naissance, qui est mon terrain de jeu. Et je n’entreprends que des choses dans lesquelles je crois, et que je mène toujours à bout.

Quelle est votre vision du club à moyen terme ? Quel aspect de développement allez vous privilégier ?

Le premier dossier sur le haut de la pile, c’est la construction d’un stade. Le « Mermoz » doit être amélioré l’an prochain pour nous permettre de jouer en poule élite d’accession. Mais il nous faut une nouvelle enceinte, et nous n’irons pas jouer à Diochon. Donc il faut construire quelque chose de neuf.

Où ça ?

Nous cherchons. Nous visitons des sites. D’ici un mois, la liste des options deviendra réduite.

Sur la métropole rouennaise ?

C’est la priorité. L’idéal serait de conclure un partenariat public-privé sur notre territoire naturel. Que les pouvoirs publics puissent fournir un terrain et les infrastructures environnantes, et que nous puissions bâtir une enceinte sur la base d’une longue concession. Ce serait l’idéal. Mais comme je vous le disais, je me suis engagé pour réussir, et nous ferons tout ce qu’il faut pour cela, en envisageant toutes les options.

Est-ce à dire que vous pourriez envisager de construire hors de la métropole ?

Oui, hors de la métropole rouennaise s’il le faut, et en achetant un terrain s’il le faut. En Normandie, c’est la seule certitude à ce jour. La rapidité d’exécution de ce projet favorisera sa réussite. Comment conserver chaque année des joueurs de la trempe de notre jeune ailier Gabin Villière, que des clubs de Top 14 ont essayé d’enrôler ? Il vient de résigner avec nous car il croit à ce projet. Et il faut avancer à bonne vitesse pour entretenir la confiance. Nous ne resterons pas bloquer par des problèmes que nous ne pourrions pas maîtriser. Dans deux ans, nous pensons avoir un stade et jouer en Pro D2. D’ici un mois et demi, le lieu de la construction pourrait être choisi.

Quel sera le niveau d’investissement pour la construction de ce stade ?

Une première tranche sous les 10 millions d’euros sera investie, et les apports fluctueront selon nos résultats et nos besoins. Ce sera un stade évolutif, que nous pourrons améliorer au fil du temps. Pour ce sujet comme pour tant d’autres, nous nous inspirons beaucoup du modèle rochelais.

Quelle est votre part d’investissement ?

Je ne suis pas en train de me construire mon club, si c’est cela que vous voulez dire. Notre objectif est de créer un pool de partenaires le plus large possible pour profiter de soutiens qui créent une stabilité. Exactement ce que fait La Rochelle. Depuis le mois de février, nous avons déjà bien travaillé en ce sens. Richard m’a dit qu’il lui fallait un budget de 3,1 millions d’euros pour bien figurer en poule d’accession. Il les aura. On fera tout pour réunir le plus de monde autour de nous. Et s’il manque quelque chose, je ferai l’appoint.

propos recueillis par Guillaume Cyprien

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?