Arcachon, bassin de culture

  • Arcachon, bassin de culture
    Arcachon, bassin de culture
Publié le , mis à jour

Dans ce secteur les filles ont dû voler de leurs propres ailes. Elles veulent maintenant faire leur nid.

On ne peut raisonnablement imaginer le secteur du Bassin d’Arcachon, du Cap-Ferret au Nord à Biscarrosse au Sud en passant par Arcachon, Biganos, Gujan ou La Teste, tenu à l’écart de l’intérêt porté au rugby féminin. Ce n’était pas la priorité du regroupement de jeunes du SBAR, et c’est ainsi qu’il y a cinq ans, le Rugby Féminin Bassin d’Arcachon présidé et managé par Laurent Carrère s’est lancé dans l’aventure. Le constat a été dressé qu’il existait un réel potentiel pour peu que soient soutenus ceux qui œuvrent pour son développement. Le pôle doit rayonner et ses performances sont qualifiées de très encourageantes. Les minimes s’installent et les cadettes, pour leur première saison, ont fini 3e de la compétition secteur Sud-Ouest derrière le Stade montois et Bayonne. L’effectif a bondi de 9 à 23 et leur cohésion est prometteuse. Les Seniors ont terminé premières de la poule avec la Côte basque-Landes. En finale du secteur Sud-Ouest elles se sont classées 4es sur 8. Cela fait cinq ans que le RFBA de la capitaine Élodie Poles se qualifie mais il n’a jamais remporté la compétition.

 

Assurer le financement

Laurent Carrère ne cache pas que le club et les staffs composés de Cyril Cuchi, Laurent Gui, Frédéric Renaud et Fabien Ader ambitionnent désormais un titre. Le président-manager s’est fait une idée précise du chemin par lequel passera la réussite : « Le top serait de constituer une équipe à XV et ensuite, sur trois ans, de finaliser une équipe à VII et à XV en Seniors et en Cadettes. Pour cela nous devons pérenniser le financement, au même titre que le RCBA. C’est réalisable mais il est difficile d’obtenir des aides. Nous devons recruter des bénévoles et des éducateurs afin d’être le plus performant possible. Il y a dans ce large bassin de population de vraies possibilités de développement même si quelques filles vont sur Bordeaux pour leurs études et se font happer par le Stade bordelais. Nous devons surtout davantage communiquer. » Et attendre que les incertitudes sur l’avenir des clubs du Bassin soient définitivement levées. Mais les excellents parcours parallèles du RCBA et de l’UAGM ne sont-ils pas un élément de réponse ?

 

Par Gérard Piffeteau 

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?